L’archéologie est une discipline d’autant plus exigeante qu’elle se situe au croisement d’innombrables techniques scientifiques : les spécialistes de celles-ci attendent de leurs interlocuteurs archéologues la plus grande rigueur.

Catherine Deneuve et Jean Marais en 1970 dans "Peau d'âne" de Jacques Demy
Catherine Deneuve et Jean Marais en 1970 dans "Peau d'âne" de Jacques Demy © Getty / Michel Ginfray

L’archéologie est une discipline d’autant plus exigeante qu’elle se situe au croisement d’innombrables techniques scientifiques : les spécialistes de celles-ci attendent de leurs interlocuteurs archéologues la plus grande rigueur.

Par ailleurs, l’archéologie n’a droit de cité que si, dans les parcours administratifs, elle suit bien les flèches

En France, les fouilles sont de plus en plus des opérations préventives qui interviennent avant que ne commence un grand chantier. Et celles qui sont encore entreprises hors de ce cadre contraint n’obtiennent le soutien des directions régionales des Affaires culturelles que si elles poursuivent des objectifs compatibles avec la logique généralement admise. Aux professionnels qui pratiquent la classification avec ardeur – classification des époques, des objets – il est demandé de suivre exactement leurs sillons.

Il leur est recommandé aussi de savoir s’adresser au public scolaire

Dans le partage de leurs connaissances, les films vont avoir évidemment leur place. On peut faire mieux que projeter « La guerre du feu » ! Le cinéma a beaucoup utilisé l’archéologie. Certains, de tempérament provocateur, inversent même la proposition. Et si on faisait l’archéologie du cinéma ? Ils prennent l’exemple du  site dans le désert californien où Cecil B. de Mille, une fois achevé le tournage des Dix commandements en 1923, avait abandonné un demi-million de tonnes de décors et de statues…

Ceux qui s’étonnent de l’intérêt que pourraient présenter pareilles recherches manquent de l’esprit d’enfance et du goût du merveilleux qui conduisent nombre d’archéologues - du moins les plus provocateurs d’entre eux. Ils jouent avec dans des bacs à sable, entreprenant avec le plus grand sérieux des travaux  absurdes – apparemment absurdes.

La cabane de Peau d'Âne sera fouillée au mois d'août ! Une équipe d'une dizaine d'archéologues se rendront à nouveau dans la fôret de Gambais, sur les lieux mythiques du tournage de Peau d'Âne de Jacques Demy - appel à financement participatif sur la plateforme Ulule : Campagne de fouilles 2018  et Archéologie du Merveilleux

A partir du 24 mai, une nouvelle et dernière série de projections-rencontres sur Paris en présence des auteurs et d'un invité :
 

  • Au cinéma Nouvel Odéon - 6 rue de l'école de Médecine 75006 Paris
     JEUDI 24 MAI, 20h30
     Archéologie des images, avec Jean-Paul Demoule, archéologue, Professeur à l'Université Panthéon-Sorbonne, ancien Pdt de l'Inrap
     
  • DIMANCHE 3 JUIN - JOURNEE SPECIALE JACQUES DEMY -
     18h30 : Peau d'Âme, Sur les traces de Jacques Demy
     21h : Peau d'Âne, de Jacques Demy
     Avec Jean Douchet, critique, et Yves Agostini, assistant opérateur sur Peau d'Âne, chef opérateur et professeur (Femis)
     (Débat entre les 2 projections)
     
  • SAMEDI 16 JUIN, 16h
     Archéologie des contes et des récits, avec Jean-Michel Geneste, Directeur scientifique de la Grotte Chauvet
     
  • Au cinéma Le Luminor - 20, rue du Temple 75004 Paris
     Dans le cadre des JOURNEES NATIONALES DE L'ARCHEOLOGIE
     VENDREDI 15 JUIN 24 MAI, 14h
     et SAMEDI 16 JUIN, 11h
     Avec Olivier Weller, archéologue et co-auteur de Peau d'Ane.
Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.