L’expansion européenne, celle du XVIe siècle, celle du XIXe siècle, a souvent fait l’objet d’un traitement spécifique par les historiens qui avaient fait le choix du haut vers le bas. Il est temps de faire l’histoire des autres, ceux qui étaient tenus pour marginaux ou vaincus, une histoire qui soit à parts égales.

Christophe Colomb, Fernand de Magellan et Vasco de gama sur une lithographie de 1940
Christophe Colomb, Fernand de Magellan et Vasco de gama sur une lithographie de 1940 © Getty / GraphicaArtis

📚 RÉVISIONS BAC - Vous êtes lycéen et vous tenez à profiter au maximum du temps libre dont vous disposez pour réviser votre bac ? Retrouvez tous les épisodes de La Marche de l'Histoire en lien avec votre programme, pour enrichir vos connaissances.

► Pendant toute la durée du confinement, La marche de l'Histoire accompagne par des rediffusions tous les lycéens. La composition de ces rediffusions a été faite en fonction du programme du Ministère de l'Education Nationale.

Cette émission est une rediffusion du 30/09/2019

L’expansion européenne, celle du XVIe siècle, celle du XIXe  siècle, a souvent fait l’objet d’un traitement spécifique par les  historiens qui avaient fait le choix du haut vers le bas. Il est temps  de faire l’histoire des autres, ceux qui étaient tenus pour marginaux ou  vaincus, une histoire qui soit à parts égales. Ceux qui procédaient ainsi étaient mus par une conviction : l’Europe seule avait su cumuler des avantages qui lui avaient conféré une avance décisive sur les autres continents.  À l’époque même ou « l’histoire comparée » des civilisations aboutissait souvent à affirmer cette supériorité occidentale, Henri Michaux, en poète, affirmait :   

Toute civilisation est une impasse 

C’est l’avis du poète que suivent aujourd’hui les tenants de l’ « histoire connectée » qui braquent les projecteurs sur les agents intermédiaires  qui mettent en contact les différents continents – pilotes de navires,  commerçants de tous poils, traducteurs. Quand ils travaillent sur  l’Amérique, terre des affrontements directs entre conquérants et  indigènes, ils vont débusquer les agents doubles qui appartenaient à la fois à la société des vainqueurs et à celle des vaincus.  Quand ils travaillent sur l’Asie, ils prouvent que la présence  européenne est longtemps restée périphérique, inquiétant peu les grands  états qui s’y maintenaient. Pour dresser un premier bilan en français des travaux de cette « histoire à parts égales », Romain Bertrand et Hélène Blais ont rassemblé une cohorte de leurs collègues qui livrent pour les éditions du Seuil « Une autre histoire des grandes découvertes ». L’expression garde bien sûr sa grande puissance d’évocation mais il  est maintenant possible de la traiter autrement qu’une fresque où les  Européens tiendraient quasi toute la place, les autres habitants de la  terre n’étant plus qu’un arrière-fond.  

Bibliographie 

  • L'exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes de Romain Bertrand (Seuil).
  • L'Histoire à parts égales. Récits d'une rencontre, Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle) de Romain Bertrand (Seuil).
  • Vasco de Gama. Légende et tribulations du vice-roi des Indes de Sanjay Subrahmanyam (Points).
  • L'Inde sous les yeux de l'Europe. Mots, peuples, empires, 1500-1800 de Sanjay Subrahmanyam (Alma Editeur).
  • Idées reçues sur les grandes découvertes. XVe-XVIe siècles de Jean-Paul Duviols, Xavier de Castro (Chandeigne).
  • La grande migration. De l'Espagne à l'Amérique 1492-1700 de Alain Hugon (Vendémiaire).
  • Atlas historique mondial de Christian Grataloup, introduction de Patrick Boucheron  (Les Arènes)
Les invités
  • Romain BertrandDirecteur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales (CERI, Sciences-Po)
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.