Biotechniques, transports propres, transition écologique, numérique : c'est dans un brouillard assez épais que se dessine ce qu'on nomme par commodité une troisième révolution industrielle !

Les usines d'Asnières de Vincent Van Gogh -1887
Les usines d'Asnières de Vincent Van Gogh -1887 © domaine public / Barnes Foundation

Il est vrai que nous ne parvenons pas même à bien expliquer... la première ! Elle a commencé au XVIIIe sans être perçue comme telle. L'expression a commencé à être formalisée par les économistes dans la première moitié du XIXe mais il faut bien convenir maintenant qu'un concept univoque ne peut expliquer seul des situations nationales très différentes. A l'issue de cette première révolution industrielle, dans les années 1860-1870, des écarts importants s'étaient creusés: ainsi le marché britannique était-il dilaté à l'international, extraverti; le marché français plus introverti, composé d'abord des classes supérieures mais aussi des paysans. La différence est d'importance. Elle jouera un rôle quand s'ouvrira à la fin du XIXème la seconde révolution industrielle et qu'entrera dans le jeu l'Allemagne.

Aujourd'hui, la part de l'industrie dans le produit national allemand est à peu près deux fois supérieure à celle qu'elle occupe dans le produit national français ou britannique. Il ne suffit pas de partir à temps...

Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=