Plan de la citadelle de Neuf-Brisach vers 1697
Plan de la citadelle de Neuf-Brisach vers 1697 © Thesupermat / Thesupermat

17 plans-reliefs quittent les réserves des Invalides pour être présentés, l’espace d'un mois, au Grand Palais. Première manifestation de préfiguration du projet présidentiel de Maison de l'histoire de France.

Passe l'ombre de Vauban. A dire vrai, son premier souci n'était pas de construire des maquettes mais des villes : il en fortifia 160 ! Et sa préoccupation ultime fut de recommander une fiscalité mieux calculée et plus juste. Entretemps, il se convertit à l'idée de rassembler les plans-reliefs, il ne les concevait pas seulement comme des jouets du prince.

Retour sur un personnage pluriel, profus. Grognard du Roi-Soleil mais déjà homme des Lumières. Et curieusement proche, au moment s’où ouvre l'exposition du Grand Palais, des questions du moment que nous vivons. Comment garder un pré carré et, pour le garder, quels vieux murs sacrifier ? Fortifier, ce n'est pas tout maintenir, c'est choisir. Et choisir, c'est calculer. Avec Vauban, le langage politique était déjà arithmétique.

Evénement(s) lié(s)

La France en relief - Chefs-d’oeuvre de la collection des plans-reliefs de Louis XIV à Napoléon III

Vauban, la sueur épargne le sang

Les liens

Château de Bazoches Etabli à mi pente d'une colline boisée sur l'emplacement d'un ancien poste romain au porte du Morvan, en visibilité directe avec Vezelay (à 10 km), le château féodal de Bazoches, construit au douzième siècle, présente une architecture trapézoïdale constituée de quatre tours et d'un donjon entourant une cour intérieure. Successivement propriété des seigneurs de Bazoches, Chastellux, Montmorillon et la Perrière, Bazoches fut acquis en 1675 par le Maréchal de Vauban. Descendants de Charlotte de Vauban, fille ainée du Maréchal, les actuels propriétaires conservent avec soin, parmi un riche mobilier, de nombreux souvenirs de leur illustre ancêtre.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.