Pas d’histoire de France sans histoire du monde, d’accord. Mais la réciproque ? Pas d’histoire du monde sans la France ?

Statue de la Tour Eiffel sur un globe-terrestre
Statue de la Tour Eiffel sur un globe-terrestre © Getty / Caspar Benson

Grand discours de François Mitterrand à Lascaux pour le cinquantième anniversaire de la découverte de la grotte. Pourquoi distinguer la préhistoire de l’histoire ? Il faut voir grand. Il n’est plus lointain, celui qui a laissé une trace.

Il est étonnant que la découverte de Lascaux se soit produite à la fin de l’été 40. Le pavois du régime arverne de Vichy qui commence, c’est Gergovie, le chant des vertus gauloises. Soudain, Lascaux donne une autre profondeur au temps et rend dérisoires les querelles sur les origines indémêlables de la France. Il faut compter en millénaires, remonter aux temps où l’idée de la France n’était même pas virtuelle.

Voir grand, c’est aussi élargir l’espace. Il n’est d’histoire que générale. Pas d’histoire de France sans histoire du monde. Le vaisseau en haute mer. Raconter qu’un fils du Grand Turc vivait à Bourganeuf, Creuse, en 1484, qu’une reconstitution de village tupi dans une fête brésilienne a eu lieu à Rouen en 1534, c’est excitant pour l’imagination. Et l’imagination, c’est une des qualités premières demandées à l’historien.

Pas d’histoire de France sans histoire du monde, d’accord. Mais la réciproque ? Pas d’histoire du monde sans la France ? L’idée que nous aurions été le pilote du vaisseau de l’humanité peut faire sourire. Il se trouve qu’il y eut en effet des moments où la France se voulut impériale. Et un autre à partir de la Révolution où son projet universaliste eut l’originalité de se fonder sur la liberté. On est en droit d’espérer que ce moment puisse survivre à toutes les déconstructions. Il faut voir grand.

Site Le Grand T : "24 H POUR REFAIRE L'HISTOIRE DU MONDE OU PRESQUE" au Théâtre Loire-Atlantique :

Comment faire le récit de l’histoire du monde, échapper aux pièges de l’épopée nationale, concilier les points de vue et approcher la part sensible des vies individuelles ? Quel historien pourrait s’essayer à cette vaste entreprise? Comment les artistes peuvent-ils y contribuer?

Voilà des questions qui ont toute leur place sur un plateau de théâtre, lieu par excellence de la représentation, miroir des complexités du monde global.

Programmation musicale :

Robert Charlebois "Cartier" (1976)

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.