Elèves de l'école Polytechnique en 2011
Elèves de l'école Polytechnique en 2011 © cc / Jérémy Barande

François Cornut-Gentille se demandait si le ministère pourrait vraiment garder les clés de la maison. Double scandale. Le Premier ministre commanda aussitôt un contre-rapport à Bernard Attali, frère de Jacques labellisé XXL. Et le ministre de la Défense vient d’annoncer le 6 juin qu’il allait faire prendre à l’Ecole un virage à 90°.

Alors que le fameux classement de Shangaï, la rejette loin des établissements d’enseignement supérieur supposés les plus mondiaux, le député recommandait de ne pas passer sous ses fourches caudines et de moderniser mais en sauvegardant la singularité de l’Ecole. Le ministre, lui, annonce un changement d’échelle. Le rapprochement de l’Ex avec dix autres écoles dans le cadre du campus de Saclay. L’ensemble deviendrait la marque « Ecole polytechnique de Paris ». L’augmentation exponentielle du nombre des élèves étrangers suivrait. Et, pareillement, celle de l’argent privé apporté par la Fondation attachée à l’X et qui prend de plus en plus d’importance depuis un quart de siècle.

Bref, il n’y avait besoin de sortir de l’X pour rédiger ce catalogue de recettes prévisibles. On espère que, dans l’accélération du lissage de l’Ecole qu’il a décidé de piloter, le ministère a prévu un siège éjectable : on ne voit pas bien en effet en quoi sa présence demeurera nécessaire au terme du processus.

Les liens

Polytechnique : l'X dans l'inconnu. Le rapport parlementaire François Cornut-Gentille

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.