Louis IX recevant les Saintes Reliques - Chroniques de Saint-Denis - XIVème siècle
Louis IX recevant les Saintes Reliques - Chroniques de Saint-Denis - XIVème siècle © domaine public / British Library
Le besoin que nous avons de croire à un recours toujours possible n’est pas près de tarir… Quand un corps a été le temple d’une force à laquelle on peut croire, ce qui reste de lui, ce qui l’a touché est investi de quelque chose qu’on peut nommer puissance. Les reliques ont toujours fait converger vers elles des femmes et des hommes très divers qui en attendent un apaisement de leurs souffrances. C’est le premier commerce, au sens le plus large, qu’elles entretiennent. Mais elles sont aussi l’objet d’achats, de ventes, quand ce n’est pas de vols. Au top aujourd’hui figurent toujours des saints et des saintes : Jeanne d’Arc, Mère Teresa. Les ont rejoints, parmi d’autres, musiciens et chanteurs : on sait qu’un cardigan de Kurt Cobain et une batterie de Ringo Starr peuvent atteindre des records dont les medias, fascinés, se font l’écho. C’est que nous attendons aussi de la possession d’une relique une assurance de notre statut. On comprend que le Puy du Fou ait entouré d’un grand lustre la réception de l’anneau de Jeanne qu’il venait d’acquérir: cent cyrards sont même venus de Coëtquidan, avec, on l’imagine, une autorisation du général commandant Coëtquidan, pour venir saluer sabre au clair l’anneau. Mais si nous sommes toujours enclins à la candeur, nous sommes aussi à l’époque de la traçabilité. La provenance de la relique a toujours été un souci, c’est maintenant une exigence. Si l’anneau de Jeanne repose maintenant dans un parc d’attractions, c’est que les hauts lieux johanniques traditionnels, Rouen et Orléans, ont choisi de ne pas l’acquérir, faute d’authentification. Mais Orléans a aussitôt posé une autre option en invitant Emmanuel Macron à prononcer le traditionnel discours des fêtes de Jeanne. Chez un pèlerin quand il a la force de se mettre En marche !, n’y a-t-il pas davantage encore de pouvoir thaumaturgique que dans une relique qui reste un objet ?
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.