Vingt ans très exactement après sa disparition, l’opinion se souvient volontiers de Georges Marchais comme d’une bête de télévision accomplie. Un comique d’avant le déclassement de la politique par le comique. Un précurseur, en somme.

Georges Marchais en 1990 à 7/7
Georges Marchais en 1990 à 7/7 © AFP / PIERRE VERDY

Vingt ans très exactement après sa disparition, l’opinion se souvient volontiers de Georges Marchais comme d’une bête de télévision accomplie. Un comique d’avant le déclassement de la politique par le comique. Un précurseur, en somme.

Un précurseur mais aussi un homme en retard à ses rendez-vous avec l’histoire.

Quand il installe le Parti dans sa superbe maison de la place du Colonel Fabien, Mai 68 a déjà eu lieu en France et en Tchécoslovaquie, le Printemps de Prague puis l’occupation soviétique. Dans ces deux circonstances, le Parti n’a pas su dire où il habitait.

Marchais, en dépit de son talent d’acteur et d’escamoteur, ne peut pas dissimuler qu’il vit à contretemps.

Sous la pression des conservateurs de son parti, il aggrave son retard et quand il avance, c’est en zigzag. 

En 1970, le parti joue la carte de l’union de la gauche ; à partir de 1975, il présente l’union comme un combat qu’il perd face au parti socialiste.

Autre contradiction. En 1974, il est eurocommuniste, allié du Pari italien qui veut s’émanciper des soviétiques. Fin 1980, il se dit convaincu du bien-fondé de l’invasion de l’Afghanistan par l’Armée rouge !

Le bilan n’est pas positif. En 1981, Marchais est largement devancé par Mitterrand à la présidentielle. Le PC a perdu le tiers de l’électorat qu’avait rassemblé Jacques Duclos à la présidentielle de 1969. Mais où sont les gens, se demandait Marchais qui avait introduit ce mot bien vague sur lequel il est difficile de construire une stratégie émancipatrice cohérente? Eh bien, les gens modestes avaient commencé entamer une grande traversée dans la déception qui les a menés bien loin des vieux idéaux mobilisateurs du Parti.

Programmation musicale : Jean Ferrat "Le bilan"

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.