Pendant 150 ans, entre le XIe et le XIIIe siècles, ils avaient constitué au Proche Orient un réseau de forteresses qui tenaient en échec les souverains musulmans de la région.

Rediffusion du 23 mai 2011.

Hassan ibn al-Sabbah - Miniature médiévale
Hassan ibn al-Sabbah - Miniature médiévale © cc

Les vertus héroïques qu'ils prétendaient incarner les avaient convaincus de leur supériorité sur les sociétés alentour, celle des croisés mais d'abord celle de l'Islam conventionnel.

Il y avait eu bien des assassins avant eux mais à l'assassinat, ils apportaient un supplément. "Ils vont à la mêlée comme à une fête" , disait-on. Le secret dont ils s'entouraient cristallisa les légendes. En 1914, le géographe Onésime Reclus, pourtant anarchiste d'origine, disait : "Nos assassins à nous, ce sont les boches" . Aujourd'hui, bien que leurs descendants lointains, les ismaëliens, soient devenus des plus pacifiques, notre époque est tentée de les rapprocher d'un Ben Laden d'autant qu'un chef mystérieux était réputé les commander.

Evénement(s) lié(s)

L’islamisme radical : comment faire face ?

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.