Mais même si la démocratie ne ressemble pas au récit utopique qu’on a pu faire d’elle, ne reste-t-elle pas le moins mauvais système d’expression et en même temps, d’affranchissement pour les citoyens qui appartiennent à des minorités ?

Simone Veil en Normandie en 1989
Simone Veil en Normandie en 1989 © Getty / Micheline Pelletier Decaux

Cette émission autour du livre important de Dominique Schnapper sur la démocratie et les juifs commence à dessein… par un extrait des Aventures de Rabbi Jacob

Le film de Gérard Oury a été préparé en 1972, à un moment de forte tension autour d’Israël. Il est sorti en 1973 au moment de la guerre du Kippour et, entre temps, il avait été tourné en partie à Saint-Denis. Saint-Denis, lieu tellurique de l’Histoire de France : mausolée des rois profanés par les révolutionnaires, citadelle communiste, plus tard lieu d’affirmation des musulmans et néanmoins il y a quarante-cinq ans terrain de jeux de Rabbi Jacob ! 

C’est la vertu de la démocratie d’ouvrir un espace commun là où les particularismes risquent de créer des enclaves. Dans Les Aventures de Rabbi Jacob, Louis de Funès interprétait un personnage à ce point rôdé par le langage de la République qu’il ne savait plus faire la différence entre juif et non juif. Depuis, le quartier de Saint-Denis qui sert de décor au film a été rasé mais est-ce la seule raison pour laquelle il ne pourrait plus y être tourné ? L’ethnicisation a progressé et chaque religion tient à rendre publics ses usages, au risque de la scission de la société. On ne peut plus croire à une société démocratique fluide pratiquant tranquillement l’échange généralisé entre égaux.

Mais même si la démocratie ne ressemble pas au récit utopique qu’on a pu faire d’elle, ne reste-t-elle pas le moins mauvais système d’expression et en même temps, d’affranchissement pour les citoyens qui appartiennent à des minorités ? Et la condition des juifs ne reste-t-elle pas un signe déterminant de la bonne ou de la mauvaise santé de la démocratie ?

  • Programmation musicale
  • Chanson "Sarah" de Talila
  • et "La noce à Rebecca" de Georgius
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.