L’identité de l’Ecosse étant de l’ordre de l’évidence, le mouvement indépendantiste doit se trouver d’autres justifications. Il soutient donc que, détachée de Wetsminster, l’économie serait plus prospère, la société plus juste.

Personnalités de la première guerre d'indépendance écossaise - par William Brassey Hole
Personnalités de la première guerre d'indépendance écossaise - par William Brassey Hole © domaine public

Et il faut dire qu’il réussit assez bien à faire entendre son argumentation au point que l’indépendance qui pose tout de même une foule de questions finit par apparaître comme une solution. Il est vrai que le Premier ministre britannique, en lançant, de son côté, l’idée d’un référendum sur l’Europe, a embrouillé la partie : pour les Écossais europhiles, quitter le Royaume-Uni, c’est assurer qu’on veut rester en Europe !

Le corps électoral est d’ailleurs élargi aux habitants ressortissants de l’Union comme à ceux du Commonwealth et même aux 16-18 ans : le nationalisme écossais ne se veut ni soupçonneux ni "scrogneugneu" ; pour ne pas paraître vieux jeu, il ne puise dans le répertoire historique du pays que quelques références, soigneusement choisies. Ainsi il n’abuse pas de la cornemuse ; en revanche, il use beaucoup des images de la bataille de Bannockburn : il y a sept cents ans très exactement, les cul-terreux écossais y battaient à plate-couture des anglais arrogants qui étaient pourtant trois fois plus nombreux, mais n’avaient pas le bon chef ni la bonne stratégie .

Les liens

Semaine Ecosse de l'émission Dans l'air du soir

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.