À l’issue de la Première guerre mondiale, la région passe de la domination ottomane à celle de la France et de l’Angleterre sous forme de mandats. La Palestine est sous mandat britannique : Londres y envisageait favorablement l'établissement d'un foyer national pour les Juifs, c'est la déclaration de Balfour de 1917.

Manifestation à Har Homa contre l'implantation d'une colonie juive
Manifestation à Har Homa contre l'implantation d'une colonie juive © Getty / David RUBINGER

C’est à cette époque que se constitue une sorte de jeu quadrangulaire entre les sionistes qui commencent à s’intéresser à la région, les autonomistes arabes qui commencent à se penser comme appartenant à une nation arabe ou palestinienne ; les puissances européennes et l’empire ottoman.

En 1921, les britanniques choisissent le grand Mufti de Jérusalem, Mohammed Amin Al-Husseini. Les Arabes de Palestine se voient désigner un chef religieux faute de représentation politique. Le grand Mufti va devenir un antisioniste de tous les instants.

Les incidents classiques entre juifs et arabes vont se transformer en émeutes en 1921 et 1929. Celles de 1936 montrent qu’il ne s’agit pas d’incidents sporadiques mais du début d’une longue guerre.

Et ce au moment où monte le péril antisémite en Europe.

Une identité nationale palestinienne émerge progressivement en partie en réaction au projet sioniste. Une tendance qui considère que l’objectif est de constituer un Etat arabe dont la Palestine ferait partie, une grande Syrie centrée sur Damas qui viendrait englober l’actuel Liban et la Palestine. Puis une version palestinienne du nationalisme arabe. 

Comment les sionistes vont-ils réagir dans leur diversité à la question posée par le mécontentement des arabes ? Il y a trois courants qui se dessinent dont celui, minoritaire, du rapport de forces, incarné par Vladimir Jabotinsky, modèle de Benyamin Netanyahou.

Bibliographie

  • Histoire de Gaza de Jean-Pierre Filiu (Fayard).
  • Main basse sur Israël. Netanyahou ou la fin du rêve sioniste de Jean-Pierre Filiu (La découverte).
  • 1891-1907 : le mouvement sioniste découvre l'existence des Arabes de Palestine de Nathan Weinstock, Collectif (Honoré Champion).
  • Sionismes, textes fondamentaux de Denis Charbit (Albin Michel).
  • Martin Buber de Dominique Bourel (Albin Michel).
  • Le sionisme fut un humanisme de Uri Eisenzweig (Seuil).
Les invités
  • Jean-Pierre Filiuprofesseur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.