L’intérim a été introduit en France en 1955-1956. Aujourd’hui il fournit l’équivalent de 800 000 emplois à plein temps, il concerne peut-être 2,5 millions de personnes. Avec, contrairement aux images habituelles, une forte proportion d’hommes jeunes et de plus en plus de diplômés.

Un homme à la recherche d'un emploi relève les offres affichées sur la devanture d'une agence d'interim à Caen en 1997
Un homme à la recherche d'un emploi relève les offres affichées sur la devanture d'une agence d'interim à Caen en 1997 © AFP / MYCHELE DANIAU

Arthur Frayer-Laleix pratique le journalisme d’immersion. Il lui est arrivé de passer le concours de gardien de prison pour exercer un moment le métier et en rapporter «  Dans la peau d’un maton ».

Cette fois il apporte une longue contribution à la revue Zadig dont le principe est de raconter à la France toutes les France.

Arthur s’est fait embaucher comme intérimaire dans une usine d’emballage. C’est moins difficile que d’entrer dans une prison.

C’était dans les environs d’Orléans. L’hiver dans une zone d’entrepôt. Et dans les semaines précédant Noël. Il s’agissait d’emplir les coffrets cadeaux de Noël de boites de parfums divers. Jusqu’à dix heures par jour. Le dos moulu, les ongles en sang.

L’intérim a été introduit en France en 1955 -1956. Aujourd’hui il fournit l’équivalent de 800000 emplois à plein temps, il concerne donc peut-être 2,5 millions de personnes.

Avec, contrairement aux images habituelles, une forte proportion d’hommes jeunes et de plus en plus de diplômés.

Bibliographie 

  • J'ai vu des hommes tomber. En réponse à ceux que la crise indiffère de Arthur Frayer-Laleix (Don Quichotte).
  • Dans la peau d'un maton de Arthur Frayer-Laleix (Fayard).
  • Dans la peau d'un migrant de Arthur Frayer-Laleix (Fayard).
  • L'intérim de Dominique Glaymann (La Découverte).
  • Une histoire politique du journalisme. XIXe-XXe siècle de Geraldine Muhlmann (PUF).

Musique Les hommes à tout faire de Nino Ferrer.

Film Nos batailles de Guillaume Senez.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.