Félix Leclerc dans une image tirée de la série "Abitibi" en juillet 1957
Félix Leclerc dans une image tirée de la série "Abitibi" en juillet 1957 © National Film Board of Canada

Planté dans la terre, il donnait l’impression de régir le fleuve Saint-Laurent. L’autoroute qui longe celui-ci porte d’ailleurs son nom : les Québécois l’entendent et le prononcent donc chaque jour. Il est le pays…

Ses textes faits pour être dits autant que lus l’ont déjà rendu très populaire dans les années 1940. Ensuite, d’un long séjour à Paris, il revient chanteur consacré. Mieux, il impose un style qui sera aussi celui de Brassens : l’auteur-compositeur-interprète à la guitare. Il est le premier canadien français à devenir célèbre en-dehors de son pays.

Vous autres Français, disait-il, vous êtes un trop vieux peuple, trop déchiré par tant d’histoire ; vous ne pouvez plus dire : « nous ». Les Québécois c’est autre chose. Ils ont trois siècles seulement derrière eux. Et encore des siècles d’acquiescement muet. Ils sortent juste du silence. Ils peuvent parler d’une voix claire.

Dans les années 1960-1970, alors que les Français continuent de le regarder comme un bûcheron mélancolique en chemise à carreaux, Félix est, au Québec, de tous les combats du renouveau. « Dans le tréfonds de moi, chante-t-il, je sens pour la première fois s’installer la colère ».

Il est enterré en 1988 dans son île d’Orléans et sur sa tombe, les pèlerins, par dizaines, déposent des souliers. Des souliers « ayant beaucoup voyagé. »

Statue de Félix Leclerc au parc La Fontaine de Montréal
Statue de Félix Leclerc au parc La Fontaine de Montréal ©

Les liens

Exposition en hommage à Félix Leclerc, du 16 au 22 juin 2014 à la BnF

La Fondation Félix-Leclerc

La maison Félix-Leclerc de Vaudreuil

Site de Jacques Bertin

La librairie du Québec, 30 rue Gay-Lussac 75005 Paris

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.