Adieux de Napoléon à la Garde impériale dans la cour du château de Fontainebleau - Antoine Alphonse Montfort
Adieux de Napoléon à la Garde impériale dans la cour du château de Fontainebleau - Antoine Alphonse Montfort © domaine public / Château de Versailles

Mais sait-on que c’est quasi tout de suite après l’évènement que le champ de bataille est devenu une place du commerce ? S’il est un premier livre à lire en cette période, c’est « La mort de Napoléon » de Simon Leys. Il imagine qu’en 1821, l’empereur s’est échappé de Sainte-Hélène où il s’est fait remplacer par un sosie. Il débarque clandestinement à Anvers, gagne Bruxelles. Il voit des affiches : « Visitez la morne plaine et à l’auberge de la Grande armée, la chambre de l’empereur. » Il s’y rend donc, en simple pékin. Et ne reconnaît rien. Et certes pas la chambre qu’on lui attribue. Heureusement, Edmond, un grognard du dernier carré, s’offre à lui faire une visite. Tournoyant sur sa béquille, il bave, vocifère, en évoquant les morts et blessés. Napoléon a soudain le sentiment de comprendre le Waterloo qu’il n’a pas connu puisqu’il a passé une grande partie de la bataille assis, s’endormant parfois pesamment sur sa chaise. Mais de retour à l’auberge où il n’a jamais couché, la servante lui certifie que le grognard-guide est un simulateur. Lui-même est porteur de faux papiers au nom d’un autre. Encore quelques jours et voilà que son sosie va s’éteindre à Sainte-Hélène : le monde entier le croira mort. Qui est-il ? Nul ne le sait. A quel moment sommes-nous précisément ? Trop tard, sire.

Première lecture démystificatrice donc : le conte philosophique de Simon Leys.

Et la seconde, qui évite aussi le piège du tourisme à Waterloo. Celle de « Napoléon Bonaparte, le noir génie », de Gérard Grunberg. C’est bien avant Waterloo qu’il faut reconstituer l’échec de l’Empire. Bien avant le retour des Cent Jours, cette folie. Bien avant la campagne de Russie. Bien avant la proclamation de l’Empire, peut-être.

Evénement(s) lié(s)

L'exposition Pie VII face à Napoléon

Cap sur l'Amérique - La dernière utopie de Napoléon

Rencontre avec Napoléon : un empereur à cheval pour la postérité

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.