C'est à Aix-la-Chapelle qu'il s'éteint, au bout d'un demi-siècle ou presque de règne. Très exactement le 28 janvier 814. Il est enterré aussitôt dans sa capitale. Une tradition veut qu'il ait été assis, "sur un fauteuil de marbre écaillé d'or et un globe à la main ", précise Victor Hugo. Enterré assis, debout ? Eginhard, témoin de première main puisqu'il écrit dans les années 820, n'en dit rien. Il précise cependant que Charlemagne "mesurait sept fois la longueur de son pied " et, conclut-il," bien qu'il eût un ventre assez proéminent, toute sa personne inspirait autorité et dignité... qu'il fût assis ou debout ."

Charlemagne recevant Alcuin qui lui présente des manuscrits, ouvrage de ses moines - Jean-Victor Schnetz - 1830
Charlemagne recevant Alcuin qui lui présente des manuscrits, ouvrage de ses moines - Jean-Victor Schnetz - 1830 © domaine public / Musée du Londres

La tombe d'Aix a connu des fortunes diverses mais la construction de l'image de Charlemagne fabriquée par Eginhard et les autres acteurs de la Renaissance carolingienne a tenu bon. L'espace de l'empire était trop grand et trop divers pour durer; en revanche, l'effort fourni pour y établir des normes a perduré. Normes réglementaires issues de la chancellerie. Normes grammaticales et liturgiques issues du monde des clercs. Et normes mémorielles qui, mille deux cents ans après, fonctionnent toujours. Nous en sommes toujours avec Eginhard à interroger "la magnamitas" de Charlemagne.

( Rediffusion du 04/02/2014 )

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.