A l’époque, il y avait des centraux téléphoniques : Passy, Trocadéro. Ce fut un moment étonnant où les ambitions de la jeune ethnographie française purent s’appuyer sur un musée qui était un centre de recherche et un lieu d’exposition, un lieu qui était à la fois populaire et mondain.

Musée de l'Homme au Trocadéro à Paris
Musée de l'Homme au Trocadéro à Paris © Getty / Julian Castle/ArcaidImages

Pour les jeunes gens des années trente, du moins ceux qui ne se laissaient pas enfermer dans le nationalisme, le Musée  de l’Homme était une promesse. Celle d’un monde ouvert qui pourrait survenir si on dépassait les préjugés entretenus par les entrepreneurs de haine.

Quand il se rappelle cette époque de ses vingt ans, Jean Rouch, l’anthropologue cinéaste, parle indifféremment  du Musée de l’Homme ou du Trocadéro. C’est qu’avant l’ouverture du Musée de l’Homme dans une aile du Palais de Chaillot construit pour l’Expo de 1937, il y avait eu, au même endroit, dans un autre palais, plus biscornu, datant d’une autre Expo, celle de 1878… un Musée de l’ethnographie. 

Picasso revenu effaré de sa visite dans des temps reculés en a fixé le souvenir : il aurait été par définition un labyrinthe poussiéreux, gardé par des invalides et vide de visiteurs.

En fait, dès 1928, quand le Trocadéro est passé sous la tutelle du Museum, le Musée d’ethnographie a été une préfiguration du Musée de l’Homme. Il faut en savoir gré au duo qui en assura la direction pendant une dizaine d’années. Il était  composé d’un savant vibrant, Paul Rivet et d’un homme de vingt ans plus jeune, Georges-Henri Rivière, un simple bachelier mais qui avait toutes les cordes à son arc : animateur d’hommes, metteur en scène d’évènements, collecteur de fonds… Imaginez une association entre un chef d’école comme Fernand Braudel et un animateur comme  Jack Lang mais où Braudel aurait un peu de Lang et Lang beaucoup de Braudel et vous ne serez pas loin du compte.

A l’époque, il y avait des centraux téléphoniques : Passy, Trocadéro… 

Il faudrait appeler cette émission Trocadéro 28-37. Ce fut un moment étonnant où les ambitions de la jeune ethnographie française purent s’appuyer sur un musée qui était  un centre de recherche et un lieu d’exposition, un lieu  qui était  à la fois populaire et … mondain.

Musée de l'Homme

Colloque au Musée de l'Homme 20-22 juin 2018 : "Des lieux pour penser"

Programmation musicale : What can I say after I say I am sorry ? de Joséphine Baker

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.