Viktor Orbán, Premier ministre hongrois depuis 2010, entretient des relations houleuses avec ses homologues européens
Viktor Orbán, Premier ministre hongrois depuis 2010, entretient des relations houleuses avec ses homologues européens ©

La Hongrie est entrée voici dix ans dans l’Union européenne, après un référendum, en 2003, où plus de 83% des électeurs s’étaient prononcés pour cette option. A l’époque, le bouillant Viktor Orbán était dans l’opposition. Revenu au pouvoir en 2010, avec une majorité des deux tiers, reconduit en avril de cette année, le parti d’Orbán maintient l’adhésion mais d’une façon qui n’appartient qu’à lui.

Orbán est l’un des très rares leaders de la libération de 1989 à être resté dans la course mais au prix d’un étonnant retournement de position. Il était le premier derrière le rideau de fer à réclamer le départ des troupes soviétiques et le voilà maintenant, dans l’Union, le premier à consentir à l’offensive de Poutine en Ukraine. Orbán n’a pas le culte de la liberté mais celui de l’énergie. Il aime que les pays affaiblis en retrouvent. A eux alors de prendre la conduite de la caravane et de sortir de l’ornière les anciens pays dominants ankylosés par l’habitude, minés par la facilité. En somme, ce n’est pas à la Hongrie d’imiter l’Europe, c’est à l’Europe d’imiter la Hongrie.

Il y a dorénavant une « question hongroise », comme disait Alain Juppé. Il est étonnant qu’elle ne soit pas davantage posée par les partenaires de l’Union. En l’an 2000, autant dire à une époque très lointaine, l’entrée du parti extrémiste de Jörg Haider dans un gouvernement conservateur autrichien avait déclenché un extraordinaire tintamarre alors qu’elle n’avait provoqué aucune atteinte aux libertés. Il est étonnant que, depuis 2010, les transformations autoritaires de la Hongrie causent si peu de souci au Conseil des ministres et à la Commission de l’Union. Un pays qui, aujourd’hui sans doute, ne remplirait plus les conditions de l’adhésion, peut donc se maintenir dans l’Union sans difficulté majeure.

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.