Des films : bientôt un George Clooney ! Des livres. Des procédures de restitution, rares, pour dire le vrai, mais organisées à grands sons de trompe. Le sujet de la spoliation et de la restitution des collections d'art saisies pendant la Seconde Guerre fait florès.

Les généraux Eisenhower, Bradley et Patton inspectant des oeuvres d'art pillés par les nazis le 15/04/1945
Les généraux Eisenhower, Bradley et Patton inspectant des oeuvres d'art pillés par les nazis le 15/04/1945 © Lt. Moore - Domaine public

Les médias qui, pendant des lustres, l'avaient ignoré, sont, depuis un quart de siècle, pris de passion. Les tableaux volés ont la couleur du sang. Et aussi l'odeur de l'argent: si les prix sur le marché de l'art n'augmentaient pas comme ils le font, et avec eux les trafics afférents, l'attention serait bien moindre.

Dernier fait divers en date: la découverte dans un appartement insalubre de quelque 1400 tableaux et objets accumulés par un intermédiaire...indélicat, Hildebrand Gurlitt. Certains ont pu être acquis dans des conditions apparemment régulières, aux enchères après guerre; d'autres sont le produit de saisies nazies, pas mal de trafics obscurs en France occupée.

Ce seul exemple montre que les recherches ne sont pas si faciles. La France, pays concerné au premier chef, mit beaucoup d'ardeur à démêler l'écheveau après guerre, beaucoup moins ensuite. Et qu'en est-il depuis que le sujet est surexposé ?

Les liens

L'association Rose Valland

Site pour les oeuvres d'art découvertes à Munich

Interview with a Phantom: Cornelius Gurlitt Shares His Secrets

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.