En direct et en public des 15e Rendez-vous de l'Histoire de Blois

Nous sommes nombreux ici à Blois autour de France Inter, fidèles des Rendez vous de l’Histoire.

Mais en 2050 nous serons de part le vaste monde 9 milliards. Les céréales qui nous nourrissent y suffiront-elles ?

Stockage du maïs par les Aztèques - "La Historia General de las Cosas de Nueva Espana" ou Codex florentin - Fin XVIe siècle
Stockage du maïs par les Aztèques - "La Historia General de las Cosas de Nueva Espana" ou Codex florentin - Fin XVIe siècle © cc

Le maïs est devenu le premier d’entres elles, dont la production représente dorénavant plus que celles du blé et du riz réunies. On peut d’ores et déjà parler du maïs au pluriel. La Chine en est maintenant le second producteur mondial. En Afrique subsaharienne il supplante le sorgho. Il est la base de l’alimentation des femmes et des enfants, les chèvres mangent ses feuilles et ses tiges servent à la construction des cases…

Sur les 150 pays qui le cultivent, beaucoup, à commencer par ceux d’Amérique où il apparut, le regardent comme une -voir la- production nationale. Mais pas la France, fille ainée du blé, qui le considère souvent comme un agent étranger, sinon comme une malédiction, que Sylvie Brunel notre invité, fidèle à son talent de provocatrice, tente de lever dans sa "Géographie amoureuse du maïs" , aux éditions Jean-Claude Lattès.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.