Le mot « Plan Marshall », de suite, a fait image. La pénurie régnait encore en Europe. En France, le pain manquait. Et le charbon.

Présentation du Plan Marshall en 1947
Présentation du Plan Marshall en 1947 © Getty / ACME / AFP

Le mot « Plan Marshall », de suite, a fait image.

La pénurie régnait encore en Europe. En France, le pain manquait. Et le charbon. Le président du Conseil Paul Ramadier faisait savoir qu’il ne chauffait pas son bureau. Les chansonniers l’appelaient Ramadan. C’est lui qui, au printemps, va renvoyer les ministres communistes qu’il regarde comme des agents de Moscou. L’année 47, c’est aussi celle des tensions grandissantes entre l’URSS et les Etats-Unis. Le président américain Truman déclare qu’il faut endiguer l’expansionnisme soviétique en Europe.

C’est alors que son secrétaire d’Etat, le général Marshall, lance un vaste programme pour le redressement économique de l’Europe

Les quatre bénéficiaires les plus importants sont, dans l’ordre, la Grande Bretagne, la France, l’Italie et l’Allemagne de l’Ouest, laquelle est reconstituée non sans défiance en 1949. Douze autres pays sont concernés. Ceux qui sont passés au communisme ont été fortement invités par Moscou à renoncer.

L’intégration européenne se fera sans eux. Car l’intention du Plan, au-delà de la distribution d’aides quatre ans durant est de mettre en place des instruments et des habitudes de libre-échange entre les pays du continent. Le Nouveau Monde propose à l’Ancien l’horizon de l’intégration pour éviter le chaos des extrémismes tels qu’on le connut dans les années trente. Un des prolongements du Plan est logiquement la constitution du Pacte atlantique.

Atlantisme et libre-échange

Mais le Plan Marshall est si unifiant, si cohérent qu’il implique aussi le changement, sous l’aile des Etats-Unis, des méthodes de production et des habitudes de consommation. Productivité et maïs hybride ! Coca-colonisation, dit le PC.

Le plan Marshall a été un évènement au sens radical du mot – un fait politique et social total.

Programmation musicale : "Coplillas de la divisas Americanos" de Lolita Sevilla

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.