Rediffusion du 09/12/2014

Vue de la Bastille dans le jeu Assassin's Creed Unity
Vue de la Bastille dans le jeu Assassin's Creed Unity © Ubisoft

Ubisoft , la grande société canado-française - pardon : franco-canadienne - sort un nouvel épisode d’Assassin’s Creed qui se déroule entre 1789 et 1794 . Lorsque les personnages avaient pris pension aux Caraïbes chez les pirates ou frayaient avec Washington pendant la guerre d’indépendance américaine, cela n’avait guère fait de bruit dans le Landerneau médiatique.

Cette fois, les concepteurs ont franchi un seuil technique en fluidifiant le jeu et réalisé une prouesse en donnant une image approchante de Paris et de ses foules en mouvement.

Le succès de la campagne de sortie tient à ces motifs de fierté, répétés par dossiers de presse : ont travaillé sur l’affaire d’innombrables collaborateurs dans quelque dix studios à travers le monde. Mais il y a autre chose. Les personnages et les joueurs évoluent dans l’époque 1789-1794 comme ils évolueraient dans une autre, ils y mènent leur partie qui, croient-ils, n’appartient qu’à eux et à leur habileté. Mais il se trouve qu’en France, les récits historiographiques ont plié la Révolution dans un sens ou dans un autre : on n’entre pas dans la Révolution comme cela et y introduire un jeu ressemble à un crime de lèse-majesté qui brouille les critères de sérieux .

Jean-Luc Mélenchon, aussitôt, est intervenu vertement dans le débat qui s’ouvre, soupçonnant les concepteurs d’avoir choisi le camp contre-révolutionnaire. Mais, après tout, autour des jeux vidéo se livre une bataille économique et culturelle d’une telle ampleur, on a bien le droit d’apporter des points de vue politiques. ! Et qu’autour d’eux s’esquisse enfin un exercice critique au grand jour, on ne peut que s’en féliciter !

Image de promotion du jeu "Assassin's Creed"
Image de promotion du jeu "Assassin's Creed" © Ubisoft

À quoi ça ressemble ?

Sur cette vidéo, vous pouvez confronter le Paris d'aujourd'hui à gauche du Paris mis en scène dans Assassin's Creed :

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.