Dès 1944, l'écrivain Albert Camus et l'actrice Maria Casarès ont commencé une histoire passionnée de douze années, brisée par la mort brutale de l’écrivain. Jean Lebrun évoque la correspondance des deux amants, en compagnie de l'éditeur, Alban Cerisier.

Albert Camus / Maria Casares
Albert Camus / Maria Casares © Getty / Cecil Beaton / Roger Corbeau

Le 19 mars 1944, Michel Leiris organise chez lui une lecture théâtrale d’un texte de Picasso, Le Désir attrapé par la queue. Albert Camus  frappe les trois coups; c’est lui aussi qui lit les indications de mise en scène.

Dans l’assemblée, la jeune Maria Casarès, 22 ans mais l’air décidé de qui a déjà beaucoup vécu : la guerre d’Espagne aux côtés de son père ministre de la République, l’exil et maintenant l’interminable déflagration mondiale. Maria est superbe de beauté, au-delà des canons classiques. À l’époque, Robert Bresson prépare Les Dames du Bois de Boulogne, il cherche un personnage principal qui aurait l’allure de Chanel : ce sera elle.

Observant Camus, Casarès s’est dit : « c’est un acteur ». Peu après, Marcel Herrand lui fait observer que c’est un auteur et qu’elle pourrait être son interprète. Camus lit devant elle sa pièce, Le Malentendu : elle le sent tout à la fois hésitant, vulnérable et d’une force hors du commun. Camus est marié depuis 1940 avec Francine mais  le couple est comme en sursis : Francine est restée en Algérie maintenant libérée, ils n’ont pu échanger depuis deux ans…

Casarès et Camus deviennent amants le 6 juin 1944. 

Commence un voyage de quinze ans où l’un et l’autre joueront  en alternance Ulysse et Pénélope.

Pour lire quelques extraits de la Correspondance entre Casarès et Camus.

Programmation musicale

La Habanera pour piano de Chabrier (par Laurent Martin)

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.