Eglise San Martin à Belchite en Espagne détruite en 1937
Eglise San Martin à Belchite en Espagne détruite en 1937 © Ecelan / Ecelan

Franco au frigo , c'est l'œuvre qui fait parler à l'ARCO, la foire internationale d'art contemporain de Madrid. Garzon au placard , c'était l'objet de manifestations peu auparavant, le 12 février.

Depuis ses poursuites contre Pinochet, le président de la 5ème chambre d'instruction de l'Audience Nationale avait gardé l'oreille de l'opinion internationale mais, en Espagne même, ses coups de boutoir multiples contre le terrorisme, la corruption et leurs prolongements lui avaient fait perdre peu à peu tout soutien partisan.

Beaucoup de familles de victimes du franquisme comptaient cependant sur lui pour inscrire les morts tragiques de leurs ascendants dans un contexte de crimes contre l'humanité. C'est justement ce que ne voulaient surtout pas les adversaires du juge. A l'issue de la première procédure organisée contre lui, le voilà dorénavant interdit d'exercice pour onze ans. Mais, paradoxalement, c'est son procès qui a permis pour la première fois aux familles de s'exprimer dans une enceinte judiciaire.

L'élimination d'un acteur ne suffit pas à effacer une demande sociale qui reste à instruire. Et qui ne le sera totalement que si participent à la tâche les tribunaux, les politiques mais aussi les historiens. Lesquels tiennent à dissocier du devoir de mémoire, qui apaise, le travail d''établissement des faits, qui laisse toujours dans l'inquiétude.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.