Portrait de l'amiral Miklós Horthy par Philippe de Laszlo - 1927
Portrait de l'amiral Miklós Horthy par Philippe de Laszlo - 1927 © Thyra / Thyra

Etienne, le saint souverain de l'an mil... Saint à la poigne un peu rude mais dont le pays conserve pieusement la main droite momifiée. Et la couronne ! Précieux symbole qui vient d'être installé sous la coupole du Parlement de Budapest et au frontispice de la nouvelle Constitution que vient d'imposer le Premier ministre Viktor Orban.

A Strasbourg où Orban est venu s'expliquer de ce retour en arrière et de bien d'autres, Daniel Cohn Bendit a tenté de rapprocher le régime singulier qui se met en place à Budapest avec... le Vénézuela de Chavez et Cuba de Castro. Mais c'est confondre "Le Spectre d'Ottokar" et "Tintin chez les Picaros" !

Au-delà de la couronne de Saint Etienne, le légendaire hongrois se nourrit en effet d'épisodes dont la résonance ne peut être entendue que par des esprits d'Europe centrale. Il y eut ainsi, en 1686 la libération de Buda, occupée par les Turcs depuis cent cinquante ans : dernier épisode en Europe de l'épopée des croisades. Et, en 1848, la splendide révolution du nationaliste Kossuth. Enfin la brillante Double Monarchie, la regrettée "Kakanie" : l'empire, dans les années 1860, s'était réformé dans un sens très favorable au royaume de Hongrie, qui s'était vu reconnaître un très vaste territoire et une large autonomie.

L'époque qui va nous intéresser aujourd'hui commence avec le démembrement de ce rêve. Elle n'est pas sans annoncer celle d'aujourd'hui où les nationalismes éclipsent l'idée européenne.

Les liens

Institut Hongrois La fondation du premier établissement dont la fonction était d’assurer la présence culturelle hongroise à Paris, le Bureau d'Information Universitaire Franco-Hongrois, « précurseur» de l’Institut hongrois actuel, remonte à la fin des années 1920. L'Institut hongrois est donc l'un des plus anciens centres culturels étrangers à Paris. Il organise de multiples manifestations culturelles : expositions, concerts, projections de films, soirées littéraires, colloques, conférences, débats et cours de hongrois. En tant que Service culturel et de coopération scientifique de l’Ambassade, il est une vitrine de la culture hongroise en France, lieu de rencontres et plate-forme pour le dialogue franco-hongrois, il joue un rôle d'intermédiaire entre les institutions et les artistes français et hongrois. En outre, chaque année, une centaine de Français y apprennent le hongrois.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.