Du travail aux loisirs, différents exercices aux thermes pour éblouir les nouveaux venus et se détendre...

Courtisane musicienne remettant son himation sous les yeux de son client
Courtisane musicienne remettant son himation sous les yeux de son client © Jastrow

La Grèce et l'Orient ont tout inventé des loisirs romains. Imités, contestés par le second Empire ainsi que critiqués et moqués par les moralistes et les socialistes.

Entre 12 heures et 13 heures, le soleil est à son zénith, on laisse donc le travail pour les thermes.

Les Romains construisent leur vie au rythme du soleil. A ce moment là, une trompette retentit pour faire la transition de cette mi-journée.

Le citoyen romain a un corps propre et civilisé. L'image est importante et maîtrisée. Ils doivent porter la toge en tant que citoyens mais sont totalement dévêtus dans les thermes.

Il ne faut pas confondre bain et thermes. Les thermes sont des complexes de loisirs pour se baigner et faire du sport. Le citoyen se lave, s'instruit et se divertit tout autant. On passe d'une activité à l'autre dans un réel confort. On y trouve des cabarets et des orgies réservés à une élite. L'orgie est un festival des sens avec de vrais rituels : la salle à manger est réprésentative de l'univers, le plafond évoque les dieux, la terre évoque les morts. En résidence principale ou sedondaire, on y jette la nourriture sous la table (qu'il ne faut surtout pas ramasser) pour nourrir les morts.

Le peuple va dans les termopolium (la version antique du fast-food) et taverne. Ils mangent peu et froid dû aux moyens précaires pour se nourir. Les Romains sont très libertins et accèdent sans pudeur à des maisons closes.

Théâtre, cirque : on aime le spectacle qui poigne, les gradins et le public font aussi partie de la représentation tant ils sont animés. Les acteurs étaient des esclaves, aucun citoyen n'était autorisé à monter sur scène. Les spectacles étaient à l'image des ancêtres: les combats d'animaux, les gladiateurs...

Rediffusion de l'émission du 1er juin 2011

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.