La célébration de la Révolution d’octobre - on dit toujours là-bas : le 7 novembre- ne souffrit pas de discussion jusqu’en 1990.

Affiche  de propagande communiste de la Révolution d'Octobre 1917 avec Vladimir Ilitch Oulianov
Affiche de propagande communiste de la Révolution d'Octobre 1917 avec Vladimir Ilitch Oulianov © Getty / Photo 12

La célébration de la Révolution d’octobre - on dit toujours là-bas : le 7 novembre- ne souffrit pas de discussion jusqu’en 1990. Cette année-là, en contrepoint du défilé officiel de la Place rouge, eut lieu une manifestation de protestation. En 1991, il n’y eut plus de défilé du tout. Fait plus inouï encore : des manuels d’histoire différents circulèrent dans les établissements d’enseignement. Ils rendaient compte d’interprétations différentes de la révolution d’octobre. Coup d’état bolchevik, disaient beaucoup ; crime absolu, disaient certains.

La jeune génération d’aujourd’hui n’a pas connu ces débats

Mais seulement le pouvoir de plus en plus affirmé de Poutine. Le chef devenu omnipotent entend redonner de la cohérence et de la continuité à L’Histoire du pays. Octobre l’embarrasse parce que c’est une rupture. Aussi veut-il l’absorber dans un concept de Grande révolution – tout doit être grand en Russie- qui intègre aussi la guerre mondiale. Mais le pôle principal autour duquel s’organise le culte de la nation est la Grande guerre patriotique de 1941-1945 et la grande fête est dorénavant celle du 9 mai 1945. Si le peuple russe l’a emporté contre l’Allemagne, c’est en raison des qualités de son peuple mais aussi des performances de son système. Autant Lénine gêne, autant Staline peut être honoré. Il incarne la continuité du pouvoir, les vertus du chef. Sans doute a-t-il commis des crimes avant la guerre mais quand la guerre a commencé, le pays était en ordre !

C’est avec une certaine prudence que le Kremlin introduit ces nouvelles lectures du passé

Les manipulations de l’histoire sont toujours potentiellement explosives. Aussi Lénine n’est-il pas totalement déboulonné ni Staline officiellement réhabilité. Poutine patronne pour le centenaire de 17 des débats qu’organise la très officielle Société historique russe : ils offrent une apparente façade académique. Le patriarcat orthodoxe, allié du pouvoir, recommande de « commémorer en toute conscience ». Une journée vague journée consacrée à l’union nationale a remplacé le défilé de naguère…

Mais comment croire à l’union des contraires et à la « grande » idée de continuité quand, comme notre témoin russe d’aujourd’hui, on a connu et expérimenté, au long d’un demi-siècle, les variations successives de l’idée de révolution ?

Le site de Boris Grebenshikov et du groupe Aquarium

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.