*

Claudine Bories and Patrice Chagnard recevant le prix du Golden Dove au Festival international du documentaire et du film d'animation de Leipzig en 2014
Claudine Bories and Patrice Chagnard recevant le prix du Golden Dove au Festival international du documentaire et du film d'animation de Leipzig en 2014 © Getty / picture alliance

Patrice Chagnard est un documentariste infatigable, depuis un demi-siècle.

D’abord pour la télévision puis pour le cinéma.

Dès ses débuts, il a accompagné en France les « invisibles ». On entendra dans cette émission un extrait d’un documentaire qu’il a consacré au bassin minier du Nord en 1969. Les personnages, mineurs, sidérurgistes, avaient le même âge que lui : un peu plus de vingt ans. Sans doute, depuis, sont-ils restés non loin d’Escaudain et de Denain. Patrice Chagnard, lui, a beaucoup voyagé et filmé en Asie et en Amérique latine, avec une dilection pour la veine spirituelle voire mystique.

Maintenant la France le requiert totalement. « C’est que le monde s’y retrouve », dit-il.

Depuis nombre d’années, il travaille aux côtés de Claudine Bories avec qui il vit. Quand on est ainsi en duo, « le film compte plus que l’auteur ».

Les films signés conjointement par l’un et l’autre, ce sont d’abord les personnes filmées. En l’occurrence, les invisibles, encore et toujours : celles et ceux qu’il faut saisir au moment où la parole leur vient au bord des lèvres. Claudine Bories et Patrice Chagnard achèvent ce qu’ils nomment leur trilogie. « Les arrivants » : les nouveaux venus en France qui stationnent devant les guichets publics. « Les règles du jeu », celles qu’a définies un cabinet de coaching à l’usage des jeunes en quête d’emploi. Et enfin, en salles depuis le 18 septembre, « Nous le peuple ».

Les cinéastes ont accompagné, à leur manière discrète, trois groupes de Français qui s’étaient mis en tête en 2018 de proposer une nouvelle version de la Constitution : des lycéens de Sarcelles, des femmes de Villeneuve Saint Georges, des prisonniers de Fleury-Merogis. Ceux-ci se demandaient parfois s’ils étaient parfaitement légitimes pour cet exercice mais c’est eux qui y firent preuve de la plus grande des libertés.

C’est un détenu qui, d’ailleurs, prononça la maxime qui résume le mieux le projet de texte des « invisibles de la République » : « La constitution, dirent-ils, est faite non pour le bonheur individuel mais pour le bonheur commun. »

Le site de l'Association des cinéastes documentaristes

Le film de Claudine Bories et Patrice Chagnard Nous le peuple en salles le 18 septembre 2019

Filmographie :

Patrice Chagnard et Raymond Vidonne Travailleurs à Escaudain 

Patrice Chagnard Dans un camion rouge

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.