David Ben Gourion lisant la déclaration d'indépendance d'Israël à Tel Aviv le 14 mai 1948
David Ben Gourion lisant la déclaration d'indépendance d'Israël à Tel Aviv le 14 mai 1948 © State of Israel's national photo collection / State of Israel's national photo collection

A son arrivée en Palestine en 1906, Ben Gourion épouse une utopie : le foyer national juif sera la terre de l'égalité et du mérite. Les quarante années qui suivent, il est à la tête de ceux qui préparent un état. Après, selon ses termes "le passage de la Diaspora par la Vallée des Massacres nazie", la perspective d'une indépendance d'Israël s'ouvre. Ben Gourion joue alors de tous les instruments possibles : l'appel aux alliés de la Seconde Guerre, l'appel au retour... L'appel aux armes aussi : le leader politique devient chef militaire : il considère la guerre avec les Arabes de Palestine et les états voisins comme inéluctable.

Le récit national israélien s'est fondé sur le personnage central de Ben Gourion, le prophète armé. Les historiens qui veulent le déconstruire adoptent, en conséquence, à son égard une position critique - et cela depuis maintenant plusieurs décennies.

Il se trouve que le premier Premier Ministre d'Israël a laissé à l'Université qui porte son nom, dans son cher Neguev, des archives considérables et notamment un Journal de 20000 pages en hébreu. Voici qu'en est donnée une version française. Elle peut éclairer la période cruciale qui aboutit à la proclamation de l'indépendance le 14 mai 1948.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.