Elles se nomment Eugénie Brazier, Léa Bideau, MarieThé Mora, Paule Castaing, Fernande Gache… A dire le vrai, elles ne sont pas vraiment du genre maman-la-douceur. Ce sont, à leur manière, des irrégulières. Des patronnes aussi, chacune travaillant pour quatre.

Lors de l'exposition Les mères lyonnaises en 2016
Lors de l'exposition Les mères lyonnaises en 2016 © Maxppp / JOEL PHILIPPON

Bertrand Tavernier : 

Je crois que Lyon est une ville qui prédispose au retour en arrière

C’est dans les années trente que la ville qui était déjà le siège du Primat des Gaules décréta qu’elle serait  aussi la capitale gastronomique du monde. Il est vrai que sa situation géographique lui permettait de faire venir d’alentour les meilleurs produits … De surcroît, elle se trouvait au pied d’une colline inspirée, le Beaujolais.

Les mères dont l’histoire remonte bien plus haut furent les vigies de cette haute époque

La guerre elle-même ne parviendra pas à interrompre leur parcours – non plus que leur approvisionnement : on se demande bien comment elles ont fait. Dans les années 50 /60, c’est le zénith, on parvient difficilement à les compter, tant elles sont nombreuses.

Elles se nomment Eugénie Brazier, Léa Bideau, MarieThé Mora, Paule Castaing, Fernande Gache… A dire le vrai, elles ne sont pas vraiment du genre maman-la-douceur. Ce sont, à leur manière, des irrégulières. 

Des patronnes aussi, chacune travaillant pour quatre

Une image pourrait les résumer. Celle de Mère Léa allant faire son marché quai de Saône. On ne sait comment elle se débrouille mais elle ne dépense pas un rond. Et elle avance droit, munie de son diable, qu’elle a nommé Pouêt-pouêt. Il y est posé ce panneau : « Attention, faible femme mais grande gueule. » 

Programmation musicale : Sonate en ut dièse mineure interprétée par Vladimir Horowitz.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.