1885. Les successeurs de Ferry au gouvernement reprennent aussitôt la politique des expéditions coloniales et demandent maintenant des crédits pour aller jusqu’à Madagascar. De nouvelles chaudes séances ont lieu au Palais-Bourbon : nous vous proposons la restitution que nous en avons faite au Théâtre du Vieux Colombier

Dessin satirique de 1885 avec Clemenceau, Rochefort et Jules Ferry
Dessin satirique de 1885 avec Clemenceau, Rochefort et Jules Ferry © Getty / Universal History Archive

📚 RÉVISIONS BAC - Vous êtes lycéen et vous tenez à profiter au maximum du temps libre dont vous disposez pour réviser votre bac ? Retrouvez tous les épisodes de La Marche de l'Histoire en lien avec votre programme, pour enrichir vos connaissances.

Rediffusion du 08/09/2014

Nous sommes en 1885. Pendant quelques années, les députés ont supporté la tutelle de Jules Ferry parce qu’il construisait le socle de la Troisième République, loi après loi. Mais ils considéraient qu’il était bien froid et trop autoritaire. Les parlementaires n’aiment jamais ceux qui prennent des airs supérieurs.

En mars, entraînés par la fougue de Clemenceau qui siège alors à l’extrême gauche et fait une carrière de tombeur de ministères, ils ont sonné l’hallali et renvoyé, en mars, l’encombrant président du Conseil.

Ferry est tombé, rudement, sur sa politique coloniale : il avait dû annoncer un désastre, plus symbolique que réel, pour nos troupes, à Lang Son.

François Hollande, le jour, bien lointain, de son investiture où il s’est incliné devant le monument Ferry des Tuileries voulait rendre  hommage à son œuvre scolaire mais il y a un autre monument Ferry, dans sa bonne ville de Saint-Dié, qui le représente en train d’établir le protectorat sur le Tonkin, après l’avoir bâti en Tunisie. Ferry est biface : d’un côté, les hussards noirs dans les écoles de campagne, de l’autre les fusiliers marins en Indochine… C’est le même homme et la même France.

Au printemps 1885, ses successeurs au gouvernement reprennent aussitôt la politique des expéditions coloniales. Ils demandent maintenant des crédits pour aller jusqu’à Madagascar. De nouvelles chaudes séances ont lieu au Palais-Bourbon : nous vous proposons la restitution que nous en avons faite au Théâtre du Vieux Colombier avec les Comédiens français. Les opposants aux aventures coloniales viennent  de tous les bords : ceux qui révéraient qu’on libère l’Alsace-lorraine, ceux qui calculent que le retour sur l’investissement aux colonies ne sera guère profitable à la métropole ; les anticolonialistes radicaux comme Clemenceau sont quelques-uns et donnent de la voix. On va voir que Ferry, redevenu simple député, a repris lui aussi du poil de la bête.

Bibliographie   

  • La politique coloniale - Clemenceau contre Ferry écrit par Georges Clemenceau, Jules Ferry et Jean-Noël Jeanneney (Magellan et Cie)
  • Clemenceau. Le tigre et l'Asie écrit par Aurélie Samuel, Matthieu Séguéla, Amina Okada (Snoeck)
  • Histoire de l'immigration et question coloniale en France écrit par Nancy L. Green, Marie Poinsot, Alec G. Hargreaves, Jim House (La documentation française)
  • Histoire de la France coloniale. Tome 1, Des origines à 1914 écrit par Jean Tarrade, Jacques Thobie, Jean Meyer, Annie Rey-Goldzeig (Armand Colin)
  • Clemenceau : portrait d'un homme libre écrit par Jean-Noël Jeanneney (Mengés)
  • Clemenceau écrit par Michel Winock (Perrin)
  • Le monde selon Clemenceau : formules assassines, traits d'humour, discours et prophéties écrit par Jean Garrigues (Tallandier)
  • Jules Ferry, la liberté et la tradition écrit par Mona Ozouf (Editions Gallimard)
  • Dictionnaire de la France coloniale écrit par Jean-Pierre Rioux (Flammarion
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.