Soldats allemands face à un barrage d'artillerie à Verdun en 1916
Soldats allemands face à un barrage d'artillerie à Verdun en 1916 © cc / Archives fédérales allemandes

À quoi a tenu le sort de Verdun, que les Allemands ont décidé d’attaquer ce 21 février, il y a cent ans ?

Aux mérites des chefs ? Certains d’entre eux commencent à pratiquer une politique de communication. Pétain gagne ses galons de sauveur à Verdun. Nivelle aussi qui, à partir de mai, prépare les contre-offensives mais il perdra ensuite son crédit au Chemin des Dames.

Il reste que les principaux visages de Verdun, ce sont ceux des morts.D’autres moments ont été plus coûteux en hommes encore. Mais Verdun demeure comme le lieu par excellence du sacrifice.

Du moins du côté français. Les pertes ont été comparables du côté allemand mais dès l’été 1916, l’état-major du Reich avait tourné la page de Verdun. C’est sur la Somme qu’il demanda à ses soldats les mêmes capacités de résistance que celles des Français à Verdun. C’est sur la Somme aussi que les Anglais et les sujets de l’Empire connurent leurs jours les plus meurtriers.

Alors, Verdun, un souvenir seulement français ? Non. La même photo de Mitterrand et Kohl, la main dans la main devant Douaumont, figure dans les manuels scolaires de part et d’autre du Rhin. Dans le lointain traité qui avait été signé au même endroit, en 843, sur les ruines de l’empire carolingien, on avait cru voir se préfigurer les nations allemande et française. Dans la célébration incessante de la paix et de la réconciliation qui caractérise maintenant la ville, on veut lire une réconciliation durable de l’Europe.

Les liens

Réouverture du Mémorial de Verdun Fermé depuis 2013 pour travaux, le mémorial de Verdun réouvre à partir du 22 février 2016 : il propose désormais une nouvelle scénographie adaptée aux nouvelles générations.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.