Il paraît si jeune, vu de France, le bouddhisme tibétain! Surtout à côté du christianisme dont les 2000 ans d'histoire ont fatigué la nouveauté.

Sorti de sa gangue ésotérique, il nous est apparu précisément au moment où les idéologies dominantes s'affaissaient.

Le bouddha à l'autel du Centre Bouddhiste de l'Ile de France à Paris
Le bouddha à l'autel du Centre Bouddhiste de l'Ile de France à Paris © flickr / Trinana Photos

Le Dalaï lama est venu l'enseigner avec brio. A quelques uns, il confie la tâche de l'ascèse et de l'étude. A ceux qui le lisent ou viennent l'écouter en masse, il livre le message que l'époque attend: on peut vivre sans religion, aucune religion ne peut se prétendre supérieure aux autres et le bouddhisme offre un chemin de liberté.

C'est ainsi que s'est constituée en France, en l'espace de deux générations, une constellation innombrable. Les ressortissants tibétains sont seulement quelques dizaines dans l'hexagone mais les Français d'origine occidentale impliqués dans les centres spirituels sont déjà des milliers et des milliers. Les proches se comptent, eux, par dizaines de milliers. Quant aux sympathisants, ils sont légion; mieux: ils sont des millions.

Les liens

Le Monde des Religions

Université Bouddhique Européenne

Union Bouddhiste de France

Les Racines du ciel

Inauguration du plus grand temple bouddhiste européen à Bussy-Saint-Georges Le 24 juin, le plus grand lieu de culte européen dédié à Bouddha ouvre ses portes au public en Seine et Marne. À la fois cultuel et culturel, cet espace s’inscrit dans la ZAC du Sycomore, un éco-quartier que la municipalité a souhaité œcuménique. Le temple bouddhiste voisinera bientôt une autre pagode, une mosquée, une synagogue et un centre culturel arménien.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.