Déjà pendant le premier conflit mondial, l'approvisionnement des moteurs des bateaux ou des camions et celui des nouveaux acteurs, l'avion et le char, avaient été une question déterminante.

Raffineries de pétrole de Ploiesti en Roumanie après le bombardement américain du 1er août 1943
Raffineries de pétrole de Ploiesti en Roumanie après le bombardement américain du 1er août 1943 © Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis / Office of War Information. Overseas Picture Division

Si les Alliés avaient fini par l'emporter, c'est aussi parce que, dans le grand jeu de l'énergie, ils détenaient davantage de cartes. Un ministre britannique, Lord Curzon, déclarait non sans emphase : "Nous avons été portés vers la victoire sur un flot de pétrole" tandis que l'allemand Ludendorff se plaignait: "Nos paysans n'avaient pas même de quoi allumer leur lampe le soir, leur moral en a été miné" .

Les années précédant la Seconde guerre, l'Allemagne hitlérienne a échafaudé toute une machinerie de productions synthétiques et imaginé un horizon d'autarcie, la France constitué des stocks considérables, l'Angleterre renforcé ses capacités de transports. Manquant toutes de ressources propres, elles avaient cultivé leurs zones d'influence pour garantir leur fourniture en pétrole.

Les historiens ont parfois donné l'impression de sous-estimer l'importance de la question. C'est qu'elle avait pu être anticipée. Or ils guettent d'abord l'inattendu…

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.