Une soudaine fatigue avait envahi Gérard Philipe à la fin du printemps 1959. Son dernier été sous une chaleur accablante n’avait pas amélioré son état. Il n’avait même plus l’envie de se livrer aux travaux de bâtiment qu’il affectionnait...

Gérard Philipe sur le tournage du film "Les Aventures de Till l'Espiègle" en 1956
Gérard Philipe sur le tournage du film "Les Aventures de Till l'Espiègle" en 1956 © Getty / REPORTERS ASSOCIES

Gérard Philipe était la vitalité même. Il incarnait la jeunesse bondissante. Même dans la tragédie et jusque dans le rôle de Rodrigue, le Cid, il apportait son allégresse.

C’était l’homme d’un moment historique qui, après la guerre, gardait des traits du Front populaire. Le Théâtre fondé par Jean Vilar s’appelait : Théâtre National Populaire. Vilar lui disait que Gérard Philipe était l’acteur qui avait le mieux compris « le problème populaire » ; il l’avait compris, ajoutait-il,  « sentimentalement », spontanément.

En privilégiant la scène et le travail avec ses camarades du TNP, Gérard Philipe ne portait pas son regard sur la postérité : il reste en effet peu de captations du TNP, et généralement de mauvaise qualité. Mais il multipliait en revanche les disques où il interprétait aussi bien Le Petit Prince ou le Manifeste du parti communiste que les grandes tirades des classiques.

Et il y a les films. Les seuls premiers mois de 1959, après avoir été Perdican de Musset pour le TNP, il avait participé aux Liaisons dangereuses de Vadim et à La fièvre monte à El Pao de Buñuel.

Une soudaine fatigue l’avait envahi à la fin du printemps. Son dernier été sous une chaleur accablante n’avait pas amélioré son état. Il n’avait même plus l’envie de se livrer aux travaux de bâtiment qu’il affectionnait. Le 5 novembre il fut hospitalisé pour une intervention présentée comme bénigne. Ce ne fut pas une opération, les chirurgiens renoncèrent à toucher à la tumeur au foie. Anne, sa femme, décida d’instinct : « Il ne saura pas ». Elle réussit à tenir ce rôle dans lequel elle avait plongé la tête la première. Elle le put car Gérard Philipe succomba dès le 25 novembre d’une embolie brutale.

Ce jour-là, la mort avait fauché haut.

Il n’y avait plus qu’à dire que Gérard Philipe nous avait été seulement prêté. Il avait 36 ans et il fallait le rendre.

Bibliographie

Jérôme Garcin Le dernier jour du Cid Gallimard

Gérard Bonal Gérard Philipe Le Seuil

Jérôme Garcin Le dernier jour du Cid - Lu par Anne-Marie Philipe Gallimard

Filmographie

La fièvre monte à El Pao de Luis Bunuel

Discographie

Karl Marx Manifeste du Parti communiste lu par Gérard Philipe L'Encyclopédie Sonore

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.