Marcel Ichac est le véritable inventeur du cinéma de montagne. Il tourne dans l’Annapurna par deux fois, en 1936 et en 1950 et dans les Alpes constamment. Et plutôt que de faire jouer les grandes orgues du drame et du sacrifice il choisit de se tenir le plus près possible de la vérité, sans superlatif.

Annapurna (vue côté Sud)
Annapurna (vue côté Sud) © AFP / Jürgen Schwenkenbecher / Photos Alliance / DPA

(Rediffusion du 23/02/2018)

Marcel Ichac est le véritable inventeur du cinéma de montagne. Il tourne dans l’Annapurna par deux fois, en 1936 et en 1950 et dans les Alpes constamment. 

Et plutôt que de faire jouer les grandes orgues du drame et du sacrifice comme le font les Allemands des années trente, il choisit de se tenir le plus près possible de la vérité, sans superlatif. Il fait du documentaire.

Plus exactement, il fait des films d’expédition. Et pas seulement en montagne. Il a exploré le fond des grottes du Vercors et du gouffre de Padirac. Il a accompagné Paul-Émile Victor au cœur du Groenland et  le commandant Cousteau dans sa Calypso. À chaque fois, sa caméra s’est faite la plus légère possible pour être fixée sur un ski, transportée par câble jusque dans des couloirs souterrains, posée sur la table d’un cantonnement d’hiver. Très discrète, elle s’est intégrée à l’intérieur d’une équipe avec le souci que tout se passe comme si elle n’était pas là.

Film d’expédition ou documentaire classique ?

Le film d’expédition peut être distingué du documentaire classique parce que ne se tiennent pas d’un côté des sujets et de l’autre, des « filmeurs ». Les uns et les autres sont embarqués dans la même aventure sportive.

Et surtout, selon Marcel Ichac, le film d’expédition est bien supérieur à la fiction. 

Il avait coutume de raconter un moment particulièrement dramatique qu’il avait partagé avec Paul-Émile Victor et son groupe pendant la traversée du Groenland. Le danger était extrême et qu’avait fait Paul-Émile Victor ? Il s’était mis à rire… Quel scénariste de  fiction aurait inventé cela ?

Programmation musicale

  • Weltreise Suite pour orchestre et cor par Eliana Burki & l'Orchestre Paul Taylor
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.