Le baroque, c’était, sur un marché vaste, qui excluait l’Europe protestante mais toucha jusqu’à l’Amérique du Sud, une culture migrante. Y eut-il un baroque en France ? Mais pouvait-il y avoir un baroque en France ?

 L'église Saint-Charles-Borromée à Vienne
L'église Saint-Charles-Borromée à Vienne © Getty / Wolfgang Kaehler

Victor-Lucien Tapié, grand historien à l’ancienne, l’un des rares français à s’être emparé du sujet, a fait en peu de mots l’histoire sociale et culturelle du baroque. Le baroque a contrat lié avec le catholicisme tel que l’a redéfini le concile de Trente, après la Réforme protestante au milieu du XVIème siècle. Il est l’art qui enseigne sur ses retables les martyres et le triomphe de la foi, il peint sur ses voûtes des paysages nébuleux qui laissent passer la lumière, il élève vers le ciel ses dômes dorés, Mais, ajoute Tapié, cette intelligence du sensible, si particulière, doit cohabiter au XVIIème et au XVIIème siècles avec le développement de l’esprit rationnel. L’âge scientifique qui s’est ouvert avec Copernic et Galilée fait passer les hommes du monde clos à l’univers infini ; le peintre et l’architecte baroques sont ouverts, eux aussi, aussi, à la vastitude mais ils ne voient pas le ciel comme la lunette de Galilée.

Dans l’espace européen, deux groupes de forces idéologiques et esthétiques sont à l’œuvre. L’un où prédomine l’esprit d’abstraction et de raisonnement, l’autre qui préfère l’effusion, l’imagination, le goût du décor et des contrastes.

Quand on observe que les contemporains ne sont jamais vraiment contemporains les uns des autres, c’est aussi la question de l’espace géographique qu’on pose. Victor-Lucien Tapié insistait sur l’origine romaine du baroque : Urbain VIII, le pape Barberini, le cavalier Bernin, le baldaquin et la colonnade de Saint-Pierre... Il observait que l’Europe centrale constituait aussi un autre épicentre, avec ses deux capitales culturelles, Vienne et Prague. Le baroque, c’était, sur un marché vaste, qui excluait l’Europe protestante mais toucha jusqu’à l’Amérique du Sud, une culture migrante. Mais Tapié était français. Et la question qu’on lui posait était : y eut-il un baroque en France ? Mais pouvait-il y avoir un baroque en France ? Ou la patrie du classicisme en était-elle exemptée, comme d’une maladie honteuse ? La question demeure, comme un vieux sujet scolaire. Dans le mot « classicisme » français, il y a « classe ».

Bibliographie :

Christophe Charle et Daniel Roche Europe. Encyclopédie historique Actes Sud

Henri Levillain Qu'est-ce que le baroque ? Klincksieck Editions

Benito Pelegrin Figurations De L'Infini. L'Age Baroque Européen Le Seuil

Victor-Louis Tapié Baroque et classicisme (Hachette)

Discographie :

Domenico Scarlatti Sonate en ré mineur K.517 interprétée par Andreas Staier

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.