Mme Du Châtelet à sa table de travail par Quentin de la Tour
Mme Du Châtelet à sa table de travail par Quentin de la Tour © domaine public

« Pour venir à Cirey, il faut vous aimer », disait Voltaire à Madame du Châtelet. Il n’y a pas si longtemps, le général de Gaulle, s’y rendait cependant en voisin… pour la beauté des collines boisées alentour. Sa DS franchissait la Blaise au niveau de la maison Diard, laissait la grille du château à gauche, la maison Jeudy à droite puis le général s’enfonçait dans la forêt. Sous son règne circulait le billet de dix francs qu’on appelait le Voltaire : derrière le portrait de l’écrivain figurait le château: n’était-ce pas lui qui l’avait réaménagé de fond en comble avec son propre argent ?

Néanmoins, le propriétaire de Cirey, c’était le marquis du Chatelet. Officier, il était certes moins riche que Voltaire dont la fortune était fondée pour une bonne part sur la fourniture aux armées. Mais c’est lui qui tenait les bois, les moulins, les hauts fourneaux de Cirey. Quant à l’âme de l’endroit, c’était sa femme, Emilie. Elle avait 28 ans seulement quand elle offrit l’hospitalité à son amant Voltaire mais elle était déjà une femme de science remarquable.

De 1734 à 1739, ils ne quittent pas le château. Jusqu’à la mort prématurée de la marquise en 1749, les séjours se poursuivent, même s’ils sont plus intermittents. Cirey devient, dans la république des lettres, une manière de capitale et, pour ses habitants, un lieu d’une fécondité exceptionnelle. Pour Voltaire qui y produit beaucoup à visage découvert. Et pour Madame du Chatelet qui, silencieusement, se prépare à publier sous son nom et à introduire le système de Newton en France.

Cirey, aujourd’hui, entretient très exactement leurs mémoires. L’aile du château que Voltaire avait construite pour Madame du Chatelet est conservée très précisément, jusque dans ses couleurs. Mais il manquait les archives !

Evénement(s) lié(s)

Dans les arcanes d'une famille illustre : les archives Du Châtelet révélées

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.