Série "les grands livres"

L'Inde est socialement écartelée, culturellement disjointe-18 langues officielles ! Le Mahâbhârata, la Grande Histoire des Ancêtres, est un ciment qui unit le pays, un aimant qui attire toutes les catégories, toutes les générations du sous-continent.

Shiva tuant le démon Andhaka - Manuscrit perse vers 1590
Shiva tuant le démon Andhaka - Manuscrit perse vers 1590 © Victoria and Albert Museum / Victoria and Albert Museum

L’ouvrage est pourtant complexe et c'est l'un des plus longs qui soit : 90000 versets divisés en 18 chants. On ne voit pas comment la seule tradition orale aurait pu le fixer. Jusque dans ses foisonnements les plus inattendus, on sent la main d'un poète ou d'une suite de poètes et la marque d'un milieu, celui des brahmanes.

Ceux-ci, à l'époque de la sédimentation du Mahâbârata, dans une Inde fragmentée en de multiples petits royaumes toujours prêts au combat, maintenaient une famille commune de pensée. Le chien mange le chat, le fauve mange le chien, l'homme les mange tous. Celui qui sait que les choses et les gens sont ainsi disposés et qu'il n'y a pas de vie sans violence s'en trouve sans doute malheureux. Mais de toute façon, dans le Mahâbhârata, il n'y a pas un seul heureux. Ce qui n'empêche pas d'agir.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.