É preciso salvar Abril (nous devons sauver Avril) - Fresque commémorant la Révolution des oeillets
É preciso salvar Abril (nous devons sauver Avril) - Fresque commémorant la Révolution des oeillets © cc / Henrique Matos

Dans la nuit du 24 au 25 avril 1974, un coup d'état renverse d'une pichenette l'antique dictature vétuste qui, pendant un demi-siècle, avait maintenu le Portugal comme hors du temps.

En revanche, la population ne reste pas consignée chez elle, comme l'avaient imaginé les militaires. Partout, ce ne sont qu'occupations de casernes, d'usines, de grands domaines agricoles, manifestations et discussions à perte de vue...

Pendant ce temps, le vieil empire colonial sombre. C'étaient les guerres perdues d'avance qu'y menait obstinément le salazarisme qui avaient rendu possible le coup d'état. Et maintenant, les Portugais d'Afrique, par dizaines, par centaines de milliers, rentrent : ils retrouvent un pays sens dessus dessous.

Nous nous étions habitués, dit le grand écrivain Miguel Torga, à partir de chez nous et il nous faut faire maintenant la découverte de nous-mêmes. Découverte ingrate, désordonnée, qui va mener le pays au bord de l'anarchie mais aussi le mettre au centre de l'attention du monde. Le Portugal n'est plus qu'un rectangle à l'extrémité de l'Europe mais, l'espace de quelques saisons mémorables, quel rectangle ! Rouge, incandescent !

Evénement(s) lié(s)

Colloque international "Les échos internationaux de la Révolution des Œillets"

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.