Pour assister à notre émission du mardi 28 février en direct et en public du Conservatoire national des arts et métiers à Paris, inscription obligatoire à cette adresse :

exporadio@radiofrance.com avec le mot clef« histoire »

Affiche annonçant le référendum de 1962 sur l'élection au suffrage universel du président de la République
Affiche annonçant le référendum de 1962 sur l'élection au suffrage universel du président de la République © anonyme / anonyme

"Le Canard enchaîné" , à l'époque, publiait une rubrique intitulée "La Cour". "Le Roi, y était-il écrit, est passé maître dans le jeu oblique et pipé des oui et des non. Il s'en est servi plusieurs fois spécialement ce 28 octobre 1962 pour faire adhérer le peuple à la réformation de la dévolution du trône." C'était le quatrième referendum organisé depuis 1958. La procédure était réservée aux grandes occasions : l'acceptation de la Constitution, la politique algérienne... De Gaulle disait qu'on ne fait pas de référendum pour savoir si le tram doit rouler à droite ou à gauche. Ce qu'il veut maintenant, c'est imposer une présidentialisation du pouvoir.

En 1958, les bases de la Ve République avaient été posées à l'issue d'un compromis avec les partis et sous la conduite d'un architecte de formation parlementaire, le Premier Ministre Michel Debré. L'arrivée à Matignon de Georges Pompidou, pur produit du général, rend les choses plus faciles. Au même moment, l'hypothèque algérienne est levée par les accords d'Evian. La conjoncture économique est bonne. L'opinion, dans son immense majorité, ne voit pas qui pourrait remplacer De Gaulle. De Gaulle qui guette la première occasion qui lui permette de couronner son système.

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.