Le village, c’est Cadenet dans le Vaucluse... Un rêve de village, en effet. On en voit des images muettes dans « Bienvenue chez les chtis ».

Jean-Pierre Le Goff lors de la remise du Prix Montaigne à Bordeaux en 2013
Jean-Pierre Le Goff lors de la remise du Prix Montaigne à Bordeaux en 2013 © Maxppp / Bonnaud Guillaume

C’est là que Kad Merad était censé être en poste avant de se voir affecté plus au Nord.

Avant (avant qui ? avant quoi ?), chacun se représentait Cadenet comme une communauté : ouvertement provençale, sourdement hostile à l’Etat et, comment dire ? de style français… esthétiquement française. Mais le village est devenu une agglomération deux fois plus importante qu’elle ne l’était il y a une génération. Une manière de banlieue campagnarde, entre Aix et Avignon. Le compas s’est ouvert, l’échelle des revenus va dorénavant du très riche au plus déglingué.

Dans ces nouvelles conditions, c’est quoi, être de Cadenet. La municipalité elle-même a posé la question.

Les citadins qui rejoignent l’endroit sont à la recherche d’un temps où on pouvait perdre son temps mais justement, ils arrivent avec leur agenda.

Les héritiers du vieux Cadenet le pleurent évidemment à chaudes larmes. En même temps, ils souhaitent que leurs terrains deviennent constructibles mais une fois qu’ils les ont vendus, ils aimeraient que les nouveaux arrivants ne s’y établissent pas ou du moins qu’ils ne mettent pas de panneaux et de grillages, pour qu’on puisse « promener comme avant »…

De la Provence de carte postale, on est passé à une Provence en morceaux. Il est vrai, dans une France elle-même de plus en plus morcelée.

Programmation musicale : Carte postale, Francis Cabrel (CBS, 1981)

Source internet : site politique autrement de Jean-Pierre Le Goff

Le lundi 6 mars, La Marche de l'histoire ouvre la séance, pour de nouveaux enregistrements en public par les Comédiens-Français, de grands débats parlementaires.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.