Jean Delumeau a d’abord été, dans la lignée de l’école des Annales, un bon historien de l’époque charnière entre le Moyen Age et la Renaissance, du point de vue de l’Italie et selon les approches de l’enquête économique et sociale, dominante dans les années 1960.

L'historien Jean Delumeau en 1992
L'historien Jean Delumeau en 1992 © Getty / Louis MONIER

De la vie de Jean Delumeau qui vient de disparaître à l’âge de 96 ans, on peut dire qu’elle fut pleine.

Il a d’abord été, dans la lignée de l’école des Annales, un bon historien de l’époque charnière entre le Moyen Age et la Renaissance, du point de vue de l’Italie et selon les approches de l’enquête économique et sociale, dominante dans les années 1960.

Et puis, à la fin de cette décennie, il a opéré une percée en se consacrant à l’histoire que des  représentations que les hommes se faisaient d’eux-mêmes et de leur temps. On parlait alors d’histoire des mentalités.

Se souvenant des enseignements terrifiants qu’on lui avait donnés dans son collège catholique d’avant-guerre, Delumeau n’a avait pas eu de mal à s’imaginer les peurs qui traversèrent le passé de l’Occident. Mais, quelque fût le succès qu’avaient obtenu ses livres sur le sujet, il avait suivi ensuite son fil en travaillant la question de la sécurité et en ouvrant, enfin, sa recherche sur l’espérance. Le Paradis, pour lui, c’étaient les autres. La rencontre avec autrui, à la lumière de Dieu.

Car Jean Delumeau était d’abord un chrétien. Le professeur au Collège de France faisait aussi le catéchisme à Cesson-Sévigné, la ville proche de Rennes qu’il ne voulait pas quitter. Son « Ce que je crois » eut une grande influence. Et « Le christianisme va-t-il mourir ? » provoqua un débat dont on entend aujourd’hui encore l’écho, au moment où sa question, formulée dès 1977, devient peut-être, en 2020, une prédiction.

Bibliographie

  • Ouvrages de Jean Delumeau
  • De la peur à l'espérance Robert Laffont collection Bouquins
  • Des religions et des hommes La Pochotèque
  • Ce que je crois Grasset
  • Le christianisme va-t-il disparaître ? Editions Michel De Jaeghere
  • Denis Pelletier Les catholiques en France de 1789 à nos jours Albin Michel
  • Revue Zadig n°4 - hiver 2019 "Heureux comme Dieu(x) en France ?"
  • Revue Books n°104 - fév.-mars 2020 "L'enfer"

Filmographie

Jean-Pierre Melville Léon Morin prêtre

Programmation musicale

Giuseppe Verdi Requiem : Dies Irae par le New Philharmonia Chorus sous la direction de John Barbirolli

Les invités
  • Pascal OryProfesseur émérite d’histoire contemporaine à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.