Le déclenchement de la révolution russe, le grand mouvement spontané, c’est février 1917. L’abdication du tsar, le gouvernement provisoire, la naissance de centaines de soviets les cahiers de doléances ou leur équivalent qui remontent de tout le pays, c’est en mars.

Révolution russe, journées de Petrograd - Soldats de l’armée rouge circulant sur les pare-boues des automobiles avec des drapeaux rouges fixes à leurs baïonnettes.
Révolution russe, journées de Petrograd - Soldats de l’armée rouge circulant sur les pare-boues des automobiles avec des drapeaux rouges fixes à leurs baïonnettes. © AFP / Leemage

rediffusion du 23/02/2017

« Et 1917 devint révolution…. » Le déclenchement de la révolution russe, le grand mouvement spontané, c’est février. L’abdication du tsar, le gouvernement provisoire, la naissance de centaines de soviets les cahiers de doléances ou leur équivalent qui remontent de tout le pays, c’est mars. L’insurrection que les bolcheviks menèrent plus tard, en octobre et avec un art consommé, a recouvert la mémoire du moment de départ. Il faut bien y revenir. Il faut même remonter plus haut. À une première révolution en 1905, où naquit l’idée de soviets populaires et qui fut noyée dans le sang par le tsar.

L’histoire, selon les communistes, a représenté ces mouvements s’emboîtant les uns dans les autres, comme les étages d’une fusée - objectif : les lendemains qui chantent. L’histoire, selon les libéraux, explique à l’inverse que la Russie avait déjà décollé - économiquement et politiquement - avant la révolution. Il est vain de vouloir chercher à rapprocher les deux points de vue. Ce que personne, en revanche, ne nie, est le caractère déterminant de la Grande Guerre : dans un régime tsariste déjà incertain de lui-même, elle a provoqué des failles ouvertes. Entre 1914 et février 1917, elle a enrôlé quatorze millions d’hommes et elle en a déjà mis hors de combat cinq millions !

L’officier, entendu en exergue de cette émission, et qui appartenait pourtant à la Garde impériale, le dit clairement : Ça n’allait plus du tout.

Programmation musicale : La Marseillaise des travailleurs, sur une musique de Rouget de Lisle et des paroles de Piotr Lavrovitch Lavrov

Les invités
Programmation musicale
  • CHARLOTTE GAINSBOURG
    CHARLOTTE GAINSBOURG

    Kate

    2017

Les références
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.