C'était en 1913. Le Théâtre des Champs Elysées offrait "Le Sacre du printemps" et le Théâtre du Vieux Colombier ouvrait.

Une fois la guerre passée, jamais Copeau ne retrouva complètement la joie intérieure de cette première saison. Mais 14-18 contribua aussi à déblayer le vieux théâtre du XIXe qu'il refusait.

Affiche avec le Manifeste de Jacques Copeau annonçant l'ouverture du théâtre du Vieux-Colombier en 1913
Affiche avec le Manifeste de Jacques Copeau annonçant l'ouverture du théâtre du Vieux-Colombier en 1913 © domaine public

Cette année bénie 1913, une étoile s'était levée sur sa maison austère : ses détracteurs la nommaient le "Columbarium de la rue du Four" ou bien "Les Folies-Calvin". Plus de décors écrasants mais la simplicité. Plus de cabotinage mais une communauté d'acteurs. Et un metteur en scène qui ne se demande pas : "Qu'est-ce que je vais faire du texte mais qu'est-ce que le texte va faire de moi ?"

Copeau le rénovateur qui, comme plus tard Vilar, tenait beaucoup aux classiques français et étrangers, disait en effet : "C'est seulement par le texte qu'un homme de 1660 pourra faire signe aux hommes de l'an 2000."

Les liens

L’association « les Amis de Jacques Copeau » Cette Association a été fondée le 8 Juin 1971, à l’initiative de Marie-Hélène Dasté et de Suzanne Maistre, avec le soutien amical et financier d’Anne Grüner-Schlumberger. Dans le but de « faire connaître la pensée et l’action de Jacques Copeau, notamment par la publication de ses écrits et de ses correspondances, par l’attribution de bourses et de subventions, et par l’organisation de rencontres. »

La Société d'Histoire du Théâtre La « Société des Historiens du Théâtre » a été fondée en 1932 à l’initiative d’Auguste Rondel, dont la bibliothèque léguée à la Bibliothèque nationale de France est à l’origine de la création du département des Arts du spectacle. Sous sa présidence, un petit groupe de professeurs, d’érudits, de collectionneurs et d’hommes de théâtre s’associent pour mettre en commun leurs recherches et travaux : Ferdinand Brunot, Léon Chancerel, Jacques Copeau, Max Fuchs, Félix Gaiffe, Madeleine Horn Monval et JG Prod’homme.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.