Le Portugal, c'est la Lusitanie qui borde la mer et voit le soleil couchant descendre dans les flots. Ainsi parlait le poète national Camoens. Il ajoutait : nos rois rêvent de rejoindre, par le Sud, le soleil levant, la Terre Sainte et de libérer Jérusalem.

L'arrivée de Vasco de Gama à Calicut en 1498 - Alfredo Roque Gameiro vers 1900
L'arrivée de Vasco de Gama à Calicut en 1498 - Alfredo Roque Gameiro vers 1900 © Bibliothèque Nationale du Portugal / Alfredo Roque Gameiro

Les souverains de Lisbonne entrent dans le monde élargi des grandes découvertes avec l'intention de constituer un monde uni selon le vieux mythe de croisade.

L'origine et les biens de Vasco de Gama sont trop modestes pour qu'il puisse contester la volonté du souverain. On lui demande de rejoindre un mirage ? Il s'y emploie avec ce qu'il faut de foi mais aussi de réalisme. C'est ainsi qu'il atteint l'Inde en 1498 et qu'il y découvre ce qu'on lui avait demandé de trouver : des chrétiens puis des épices.

A l'usage, il y aura davantage d'épices que de chrétiens. L'ambition du souverain s'est avérée démesurée ? Gama accompagne la réalité. Avec d'autant moins de regret que, chaque fois que la faveur royale le renvoie en Inde, il arrondit sa pelote. A ses débuts, il avait endossé les habits du chevalier mystique; il finit, lors de son dernier séjour en 1524, en vice roi fastueux et en organisateur implacable d'une société coloniale. Sa famille et lui s'en accommodent fort bien. Gama, le héros épique de Camoens a d'abord été un pragmatique.

Evénement(s) lié(s)

Etonnants voyageurs 2012

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.