Branwell ? Le frère ! L’unique, l’aimé, celui autour duquel le père, le Révérend Brontë, avait organisé les investissements d’éducation de la famille. Il avait tous les dons.

Les sœurs Brontë
Les sœurs Brontë © Getty / Time Life Pictures

La seule des trois sœurs Brontë à avoir passé le cap de 1850, c’est Charlotte. Et encore s’éteint-elle dès 1855, à moins de quarante ans. Emily est morte dès 1848. Et, la même année, Branwell.

Branwell ? Le frère ! L’unique, l’aimé, celui autour duquel le père, le Révérend Brontë, avait organisé les investissements d’éducation de la famille. Il avait tous les dons. Il tenait l’orgue à l’église, jouait du piano au presbytère, il voulait se destiner à la peinture et il était l’initiateur des jeux littéraires, si riches, des enfants…

Branwell tombé dans le vice ?

Quand il s’envola du nid, il proclamait : « Je suis au matin de ma vie et mes jours ont trop d’éclat encore pour que je demeure dans de perpétuelles ténèbres. » Mais, dix ans plus tard, il avait le sentiment de n’avoir rien produit et il était passé du côté du désenchantement : « Je suis trop robuste pour mourir mais je souffre trop pour vivre. » Charlotte, son aînée, n’avait pas pour lui cette indulgence, elle disait de Branwell qu’après s’être complu dans beaucoup d’errements, il était tombé dans le vice. Pendant leur adolescence, ils avaient écrit tant et tant de pages côte à côte, autour de la table de la salle à manger du presbytère, et maintenant, elle ne supportait plus de partager la même pièce que lui !

Charlotte Brontë, la survivante

Or ce fut Charlotte qui, dernière survivante de la fratrie, commença à en organiser la mémoire. Elle tint en lisière le frère qui n’avait pas réalisé ses promesses. Ensuite, comment le père, le Révérend, qui resta au presbytère jusqu’à sa mort en 1861, aurait-il pu faire une place à Branwell ? Il avait été pour lui une déception qu’il valait mieux oublier tandis que la réputation naissante de ses filles le laissait ébloui.

Alors, le frère Brontë, seulement un raté ou un météore qui ne peut trouver sa place au milieu de ses sœurs les étoiles ?

Sites sur la famille Brontë :

Chanson Wuthering heights de Kate Bush, 1978

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.