Le peintre et illustrateur, Éloi Valat revient sur les circonstances historiques qui ont conduit le peuple parisien à s'insurger en mars 1871, sur les actions sociales entreprises par ce gouvernement révolutionnaire autonome, luttant pour une République démocratique et sociale, puis contre le péril prussien.

Barricade montée par des Communards à Paris, en 1871
Barricade montée par des Communards à Paris, en 1871 © Getty / Keystone-France

Septembre 1870, la République est proclamée après la capitulation de Napoléon III, signant la déchéance du second empire. Oui mais la guerre ne cesse pas pour autant.

Le Gouvernement de Défense nationale est mise en place, suivi du siège très dur de Paris en janvier 1871, avec la signature de la Convention d'armistice le 28 janvier 1871, où il est convenu sinon imposé à la France de se voir amputer l'Alsace et une partie de la Lorraine. En février, des élections législatives sont organisées, qui donnent la victoire aux monarchistes, conservateurs, lesquels veulent la paix à tous prix, choisissent de s'installer non pas à Paris pour tenir session mais d'abord à Bordeaux, puis à Versailles. 

Celui qui passe comme l'homme providentiel, le potentiel sauveur, Adolphe Thiers est élu à la tête d'un gouvernement représentatif du suffrage universel, décide de quitter la capitale politique agitée en permanence, entreprend de la désarmer conformément aux closes de l'Armistice imposée par la Prusse. 

Mais après l'annonce de l'occupation par les troupes prussiennes des Champs Elysées jusqu'à la Concorde, et afin que les Prussiens ne conservent pas ces canons, la Garde nationale décide de rapatrier ces canons à Montmartre et aux Buttes Chaumont. Sauf que Thiers envisage lui aussi de les récupérer. La capitale s'embrase et s'insurge. 

L'écrivain et communard Jules Vallès sera le fil rouge de cette émission dans la mesure où la Commune s'est aussi incarnée à travers les pages quotidiennes de son journal politique Le cri du peuple

Il fait grand soleil, un matin doux ! Dans les rues calmes où nous nous engageons, des bouts de treille pendent par-dessus les murs sur les mœllons des barricades. Des pots de fleurs couronnent la crête des digues pierre. La Seine roule, scintillante et bleue, entre les quais déserts, mais tout inondés de lumière.                        Je regarde le ciel bleu du côté de Paris. Il est d’un bleu cru, avec des nuées rouges. On dirait une grande blouse inondée de sang. 

- Jules Vallès, extrait de L’Insurgé (1886)

N'étant pas historien, Éloi Valat raconte la Commune de Paris avec sa plume pour le dessin, son ordinateur pour la couleur. Il raconte l'événement tel qu’il l’imagine après avoir lu presque tout ce qui a été écrit à son sujet. Éloi Valat a publié plusieurs ouvrages sur la Commune de Paris aux éditions Bleu Autour :

  • L'Enterrement de Jules Vallès
  • La Semaine Sanglante de la Commune de Paris
  • Le Journal de la Commune
  • Louises, les Femmes de la Commune, paru le 21 mars 2019.

Consulter le Site d'Éloi Valat.

Les musiques

  • Francesca Solleville - La Canaille 
  • Jean Ferrat - La Commune 
  • Armand Mestral - Le Capitaine "Au Mur" (texte de Jean-Baptiste Clément)

Illustrations

▶︎ Photographies de la Commune de Paris 

L'équipe
Contact