De Gaulle savait que sa présence donnait du relief à ses gouvernements. Et, en effet, de 1958 à 1969 il maintint Malraux onze ans dans ce vaste bureau de la rue de Valois.

André Malraux à l'Elysée pendant les années 1960
André Malraux à l'Elysée pendant les années 1960 © Getty / Keystone-France /

De Gaulle savait que sa présence donnait du relief à ses gouvernements. Et, en effet, de 1958 à 1969 il maintint Malraux onze ans dans ce vaste bureau de la rue de Valois qu’il aimait arpenter de long en large. C’était le seul sport qu’on lui connût.

Il était ministre d’Etat, en charge des Affaires culturelles. La rue de Valois a peu changé mais la titulature, les effectifs, le budget, le périmètre du ministère sont plus importants que du temps de Malraux. Et les objectifs plus diversifiés.

Appuyé sur ce dont il disposait - quelques collaborateurs de grande valeur et sa parole qui captivait, Malraux avait décidé de tourner le dos au négligeable et de se consacrer à l’essentiel !

Le premier objectif relevait encore de l’ordre politique puisqu’il s’agissait de la grandeur de la France – et la France n’est grande que lorsqu’elle l’est pour le monde. Le second se tenait au-delà de la politique : il s’agissait aussi de servir l’art ! En offrant à tous des images qui nient notre néant. Chaque ville où se construisait une Maison de la culture verrait son âme changer, chaque habitant pourrait désormais rencontrer plus grand que ce qui l’écrase.

« Croyez-vous que j’ai le temps de m’amuser ? » Malraux était capable de travailler beaucoup. Mais souvent, en 1966 particulièrement, les chiens noirs de la dépression lui sautaient à la gorge. Sa présence au gouvernement se faisait alors absence. La force implacable de la mort le hantait. Mais aussi la puissance de la jeunesse or le mouvement de mai 68 l’en sépara cruellement. Ceux qu’on commençait à nommer les « créateurs » ne voulaient plus s’en remettre à la sagacité d’un seul mais à la force du groupe de pression qu’ils constituaient dorénavant. Le ministère changeait non seulement d’axe mais de clientèle.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.