La montagne Taourirt Tan Afella avant l'essai nucléaire français "Béryl" le 1er mai 1962
La montagne Taourirt Tan Afella avant l'essai nucléaire français "Béryl" le 1er mai 1962 © Editions Thadée / inconnu

Il fut un temps où la France n'était pas du tout hostile à la dissémination nucléaire. Elle jugeait alors prioritaire de combler son retard sur les Etas-Unis, l'URSS et même la Grande Bretagne; en conséquence, elle n'hésitait pas à procéder à des essais nucléaires atmosphériques. Les derniers gouvernements de la IVème République qui avaient pris la décision de construire la bombe et lancé le programme uranium de Pierrelatte avaient disposé à cet effet du Sahara. En 1960-1961, quatre essais atmosphériques se succèdent à Reggane : ils sont nommés Gerboise... Bleu, Blanc, Rouge et finalement Vert - en hommage au FLN qui va bientôt prendre le contrôle de l'Algérie ?

La montagne Taourirt Tan Afella après l'essai nucléaire français "Béryl" le 1er mai 1962
La montagne Taourirt Tan Afella après l'essai nucléaire français "Béryl" le 1er mai 1962 © Editions Thadée / inconnu

C'est encore au Sahara mais dans une autre base, à In Ekker, que sont préparés les nouveaux essais, souterrains cette fois. Ils sont programmés dans une montagne granitique percée de galeries. Le premier est couronné de succès en novembre 1961. Les médias sous contrôle voudraient bien dire la même chose du second, nommé Béryl, qui a lieu juste après les accords d'Evian, le 1er mai 1962. Mais c'est difficile à soutenir. La charge nucléaire a bien obéi à ce qu'on attendait d'elle; en revanche la montagne s'est moins bien comportée...

lien image dossier les témoins de l'histoire
lien image dossier les témoins de l'histoire © Radio France

Les liens

Association des Vétérans des Essais Nucléaires (AVEN)

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.